La vente de poisson frais retrouve des couleurs, la revue Six mois et les dentistes

SAISON 2016 - 2017
  • A
  • A
Partagez sur :

Elisabeth Assayag, Nicolas Carreau et Marguerite Lefèbvre font le point sur l'actualité du jour.

 

Elisabeth Assayag pour la consommation

Pour la première fois depuis cinq ans, les ventes de poisson frais ne sont plus en baisse.

Cinq années de baisse de la consommation du poisson frais qui ont été entraînées par la chute du saumon. Le salut vient du poisson blanc.
D'après France Agrimer, c'est le merlu qui enregistre une hausse de 13% de la consommation. Un poisson qui ressemble à du cabillaud, d'ailleurs en région parisienne on l'appelle le colin.

Qu'est ce qui fait que la baisse des ventes de poissons frais a été stoppée ?

Les poissonniers se sont adaptés à la nouvelle façon de manger du poisson et ce sont les surgelés de poisson frais qui sont, paradoxalement, à l'origine de cette embellie.
Certains ont développé des magasins en ligne comme o-poisson.fr ou Thiriet.com qui vend des morceaux de poisson surgelés. Ou encore Luximer qui est une poissonnerie en ligne qui vend des poissons frais à l'unité.
Les meilleures ventes de la semaine par exemple ce sont les crevettes grises cuites ou les filets de cabillaud.
D'autres se sont mis à faire du traiteur comme des sushis ou des carpaccios. L’activité s’est donc diversifiée et ça donne davantage envie d'acheter.
Et puis la congélation de poisson prêt à consommer plait aux consommateurs qui ont juste à préparer rapidement le plat.
Même dans la grande distribution, Auchan a par exemple un site de vente en ligne avec des fruits de mer, des poissons et des sushis.

Ce qu'il y a de bien avec ces ventes en ligne de poisson surgelés, c’est que l’on va moins en gaspiller ?

Effectivement, les conditionnements de produits pré-découpés permettent de diminuer les pertes.
D'ailleurs, quand on prend un poisson entier, on ne consomme que la moitié du poisson.
Les restes comme la tête, les arêtes, la peau sont mis de côté et la plupart du temps, ils deviennent de la farine animale.
Dans ce sens-là, pour ne pas gaspiller, une entreprise près de Cherbourg a lancé Nutrifish qui revalorise les restes pour en faire de la pulpe, de l'huile ou de la poudre de poisson pour des compléments alimentaires.
Le déchet de poisson est devenu un produit à part entière.

 

Nicolas Carreau pour le Livre du jour

Comme tous les vendredis, ce n’est pas un livre mais une revue.

Et quelle revue, cette semaine ! Il s’agit de Six mois, sans doute la plus belle revue dans sa catégorie. 300 pages de dossier et de photos superbes. Le thème central pour ce 13e numéro : Des bêtes et des hommes. La relation entre les humains et les animaux.

Mais les bonnes ou les mauvaises relations ?

Les deux ! Ceux qui les tuent, pour leurs fourrures par exemple et ceux qui les protègent. Comme dans le parc des Virunga, en République Démocratique du Congo. On y trouve des gorilles des montagnes. Ce n’est pas trop radiophonique, mais il y a des photos de gorilles incroyables. Des photos de gorilles étendus sur des brancards en branchages, tués par des trafiquants et en même temps le combat des rangers qui tentent de les protéger. Ils accueillent notamment trois petits gorilles orphelins dans leur campement. Et les choses avancent, doucement. Les efforts payent.

Il y a d’autres animaux ?

Mais alors, là, âmes sensibles s’abstenir. Nous sommes en Pologne. Ce sont des photos d’un élevage gigantesque de visons, élevés donc pour leur fourrure. Ils sont tués (6.000 par jour entre novembre et janvier) et ensuite les bêtes sont placées sur un immense tapis roulant. On voit d’un côté le vison mort et de l’autre, des visons dépecés déversés dans une immense benne, comme des ordures. Ça déborde, c’est insoutenable. Je vous conseille aussi les photos très impressionnantes d’un élevage de Caïmans. Ils peuvent être 4.000 dans le même bassin. Baignade interdite.

Il n’y a pas que des animaux dans ce numéro ?

Non. Il y a aussi un reportage fascinant sur les albinos en Tanzanie. Comme ils sont blancs, ils peuvent être accusés de sorcellerie ou kidnappés ? Résultat, ils sont protégés dans des refuges.

À lire donc dans Six mois, en librairie.

 

Marguerite Lefebvre pour la presse quotidienne régionale

À la Une de la presse en région ce matin, les dentistes !

Des dentistes en pleine contestation en ce moment, ils vont manifester à Paris aujourd'hui.
Dentistes en colère nous dit le Dauphiné Libéré. Ils se mobilisent, peut-on lire en Une de L'Alsace.
Ils se mobilisent contre les tarifs que souhaite leur imposer la Sécurité sociale et notamment des plafonds lorsqu'il s'agit de poser des prothèses.
"Nous pratiquons déjà 80% de notre activité à perte" s''indigne ce dentiste dans le Progrès pour qui le vrai problème n'est pas le tarif du soin, mais le remboursement de la Sécu trop faible selon lui.
Les dentistes et l'Assurance maladie n'arrivent pas à se mettre d'accord. Résultat ça bloque. À Lille, les étudiants en chirurgie dentaire sont en grève depuis un mois, ils n'assurent que les urgences. À Nantes, c'est la même chose. Hier, les étudiants ont bloqué le tram pendant près d'une heure pour augmenter la pression. Ils défileront à Paris aujourd'hui.
Tout comme les praticiens du Havre qui dénoncent une destruction de la filière dentaire. Dans Ouest France, ce dentiste prévient : si nous ne sommes pas d'accord, nous contesterons la décision du ministère devant le Conseil d'État.

La personnalité du jour en région c'est une jolie tatouée.

C'est une jolie tatouée dont le Parisien nous dresse le portrait ce matin. Elle s'appelle Sarah et elle a 24 ans.
Sa particularité ? Elle possède 43 tatouages, répartis un peu partout sur le corps. Il y a des loups, des branches, des poupées. "Ils en disent beaucoup sur moi" explique la jeune femme qui représentera l'Ile de France lors d'un concours ce soir. C'est un peu le concours des Miss France tatouées.
43 tatouages pour Sarah mais si vous la croisez, vous n'en verrez aucun. Car dans la vie cette jeune fille fait du commerce international, travaille en tailleur et sait bien que les recruteurs peuvent être dissuadés à la vue d'un tatouage trop voyant.
Celle pour qui la curiosité d'ado est devenue une passion sera donc en lice ce soir face à 12 autres jeunes filles. Chacune représente une région. Un concours en marge du Salon du tatouage qui s'ouvre aujourd'hui à Paris !

 

Les émissions précédentes