Déconfinement : "S'il faut un mode d'emploi, c'est que ça ne va pas être simple"

  • A
  • A
2:30
© Europe 1
Le billet d'Anne Roumanoff est une chronique de l'émission Anne Roumanoff - Ça fait du bien
Partagez sur :

Dans son billet d'humeur, Anne Roumanoff revient sur les annonces de Jean Castex au journal de 20h de France 2 mardi. Et elle trouve que le Premier ministre possède pas mal de points communs avec le vaccin AstraZeneca.

Hier, j’ai regardé Jean Castex au journal de 20 heures de France 2. Il nous a donné le mode d’emploi du retour à la normale. Déjà, s’il faut un mode d’emploi, c’est que ça ne va pas être simple !

Je m’attendais à davantage de précisions, comme par exemple : quel film français aller voir au cinéma et si on doit garder son masque quand on mange du popcorn ? Comment savoir les terrasses où il restera de la place pour le 19 mai ? Ce genre de conseils utiles.

Le Premier ministre nous a répété qu’on pouvait avoir confiance dans le vaccin AstraZeneca, que lui-même s’était fait vacciner avec AstraZeneca. Pourtant, c’est la base du marketing : pour vendre un produit, il faut que l’égérie soit sexy ! Après Castex et AstraZeneca ont pas mal de points communs :  on a des gros doutes sur leur efficacité.

Jean Castex a avoué qu’il restait deux millions de doses d’AstraZeneca. On aurait dit les marchands à la fin du marché qui essaient de refourguer ce qui reste “Il est beau, il est frais, mon AstraZeneca! Allez madame, c’est pour rien ! Je vous en mets combien ? Deux doses ? Oui, il a des effets secondaires parfois, mais on ne meurt pas à chaque fois. Et pour monsieur ? Il a plus de 55 ans ? Alors, c’est cadeau !”

Quand Anne-Sophie Lapix l’a interrogé sur la dangerosité des nouveaux variants, Jean Castex a été très clair. Il a répondu : ”Blll..Mmm..Gnnn..Euuh..Pfff!”. Ne vous inquiétez pas, il n'était pas en détresse respiratoire, il était juste en détresse de bobards. Lui a le variant “en sait trop ou pas assez”. 

Jean Castex a déclaré : “ n’hésitez pas à vous faire vacciner sur votre lieu de villégiature”. ”Où est-ce que vous partez, vous, pour les vacances ?". ”Nous, on part en villégiature près d’un vaccinodrome !" Au lieu de se faire piquer par une méduse, on se fera piquer par une seringue.

On peut pas lui en vouloir à Jean Castex, il n'est pas méchant, il n'est pas vraiment compétent mais il est brave. Avant-hier Jean Castex avait déclaré : ”Nous sommes enfin en train de sortir durablement de cette crise sanitaire". Alors, je rappelle que “durablement”, avec ce gouvernement, ça veut dire “à peu près jusqu’à la semaine prochaine”.

Il nous a aussi prévenu qu’il y aura "des mesures de freinage au cas où la situation épidémique déraperait localement". Freiner quand t’es en train de déraper ? Jean Castex, le roi des cascades ! On vient de passer plus d’un an la tête dans le guidon, a-t-on vraiment envie de poursuivre la tête dans l'airbag ? 

Sinon, on a appris cette semaine une bonne nouvelle quand même : la réouverture des remontées mécaniques le 30 juin. Youpi ! Bon, il y aura peut être un petit problème de neige.

A part ça, il y a un risque d’escalade au Proche-Orient, le conseil de sécurité de l’Onu s’est réuni d’urgence. Après une épidémie, il ne manquait plus qu’une guerre. Voilà, voilà, malgré tout ça, bon week-end de l’Ascension à tous.