Tour d’horizon du patrimoine français

SAISON 2017 - 2018 , modifié à
  • A
  • A
2:22
Partagez sur :

Chaque matin, Emmanuel Duteil fait le point sur l'actualité économique.

On passe à l'économie avec vous Emmanuel Duteil. Et grâce à vous on va tout savoir sur notre patrimoine.

Oui j'ai tous les chiffres. L'Insee a publié hier soir son édition 2018 des revenus et du patrimoine des ménages. Seul petit bémol - et c'est souvent le cas avec l'Insee - la période étudiée s'arrête en 2015. Mais bon malgré tout ça reste une mine d'informations très intéressante et c'est pour cela que j'ai eu envie de vous en parler ce matin.

Alors qu'est-ce qu'il faut en retenir. Par exemple que notre niveau de vie a un peu progressé en 2015 par rapport à 2014. C'est la deuxième année consécutive de progression, sans retrouver les niveaux de 2008. C'est-à-dire d'avant la crise. Mais on en est vraiment pas loin. En 2015 le niveau de vie médian était de 1692 euros par mois...

Comment ont évolué les inégalités ?

Elles restent très fortes. Quelques chiffres : 10% des ménages détiennent 47% de la masse totale du patrimoine. On fait partie des 1% des plus riches quand on gagne plus de 8850 euros par mois pour une personne seule. Ces plus riches gagnent en moyenne près de 7 fois plus que l'ensemble de la population. Pour un bon tiers on les trouve à Paris ou dans les Hauts-de-Seine.

Malgré tout et contrairement à ce que l'on pourrait penser, selon l'Insee, les inégalités n'ont pas augmenté depuis 2008. Ce qui est plutôt une exception en Europe. Malgré tout plus de 14% de la population vit sous le seuil de pauvreté fixé, en 2015, à 1015 euros par mois. Le fait marquant de ces dernières années c'est le développement de la pauvreté des familles monoparentales. Depuis 1996 le nombres de personnes pauvres vivant dans une famille monoparentale a augmenté d'un million.

Malgré tout et là aussi ça peut paraître étonnant le taux de pauvreté en France reste selon l'Insee l'un des plus bas niveaux de l'union européenne. C'est grâce bien sûr à notre système de protection sociale...

Et Emmanuel, avant l'antenne, vous me parliez aussi des parents qui aident beaucoup les jeunes adultes.

En effet c'est un des points intéressants de l'étude de cette année. Huit ménages sur dix aident financièrement leur jeune adulte, c'est le terme utilisé par l'Insee. En bon français, c'est l'étudiant ou le jeune qui commence juste à toucher un petit salaire de 18 à 24 ans.

Les parents qui aident ces jeunes y consacrent en moyenne 8% de leur revenu disponible. Ça représente quand même 3 670 euros par an. Ce qui est le plus cher bien sûr c'est quand il faut financer une chambre ou un petit studio quand le jeune part faire ses études un peu loin. Mais même si on enlève cela ça reste un budget très conséquent.

Les émissions précédentes