Le muguet, une source de revenus ponctuelle insoupçonnée

SAISON 2017 - 2018
  • A
  • A
2:46
Partagez sur :

Chaque matin, Carole Ferry fait le point sur l'actualité économique.

Carole Ferry remplace Emmanuel Duteil ce lundi 30 avril 2018.

Nous serons donc le 1er mai ce mardi, journée de la fête du travail mais aussi du muguet. D'où vient cette tradition du muguet ?

Elle remonte à la renaissance. Le 1er mai 1560, le jeune roi Charles IX reçoit un brin de muguet de la part d'un baron. L'année suivante, il décide d'en offrir chaque 1er mai aux dames du royaume en disant : "Qu'il en soit fait ainsi chaque année". À l'époque, la tradition voulait qu'on offre une branche de quelque chose le 1er mai pour chasser la malédiction de l'hiver. On doit la poursuite de la tradition à toute une série d'anecdotes.

On le voit bien, chaque 1er mai, le muguet continue à envahir les rues et les magasins.

Rien que la Loire Atlantique produit chaque année 50 millions de brins de muguet. En même temps, elle représente 85% de la production en France, réalisée par une quinzaine de maraichers. C'est 5 à 20% de leur chiffre d'affaire annuel, une partie non négligeable de leurs revenus donc et extrêmement sensible, dépendante de la météo. Il faut que les brins arrivent prêts pour le 1er mai, sans que les clochettes ne soient encore ouvertes. C'est comme si on voulait que toutes les fraises ou les tomates arrivent à maturité parfaite, disons le 1 juin. C'est chaque année un incroyable défi et cette année, il devrait arriver déjà un peu ouvert.

Tous les brins de muguet des vendeurs que l'on voit dans la rue viennent de la région de Nantes ?

Non, ceux qui vendent dans la rue doivent avoir cueilli leur muguet, même du muguet des bois. Il y a sans doute beaucoup de vendeurs qui ont passé tout ce week-end dans les bois pour être prêts ce mardi. Ça se fait beaucoup en Bourgogne notamment, mais également en région parisienne, et c'est tout à fait légal. Le 1er mai est le seul jour de l'année où tout le monde a le droit de vendre sur les trottoirs sans autorisation particulière. Il y a quelques règles quand même à respecter, comme se tenir à bonne distance des fleuristes traditionnels. Chaque ville détermine la distance adéquate. Des particuliers arrondissent tous les ans la fin de leur mois de mai de cette façon. Des associations remplissent également les caisses pour l'année. Le parti communiste accumule sans doute la plus grosse cagnotte. Comme chaque année, le parti a reçu ses brins cette nuit à trois heures du matin à Paris. Aujourd'hui, ils vont être dispatchés dans chaque section et ce mardi matin, ils seront vendus un peu partout pour renflouer les caisses du parti avant que tout le monde parte à la manifestation du 1er mai.
L'an dernier, la vente du muguet a rapporté 500.000 euros au parti communiste.

Les émissions précédentes