La réforme de l'audiovisuel public est présentée ce lundi

SAISON 2017 - 2018
  • A
  • A
2:42
Partagez sur :

Chaque matin, Emmanuel Duteil fait le point sur l'actualité économique.

L’économie avec la réforme de l’audiovisuel public.

Elle va être présentée ce lundi matin à la presse, du moins les prémices de la réforme. Le titre de la conférence de presse est "annonce du scénario d’anticipation". Dans le genre roulement de tambour vous allez voir ce que vous allez voir, on a connu mieux. Mais il faut dire que le gouvernement marche sur des charbons ardents avec cette réforme. Au démarrage, il avait promis un gros chamboule tout de l’audiovisuel public. Quand on dit audiovisuel public on parle de France Télé, Radio France, France 24, RFI ou encore par exemple l’INA. Début décembre, des rumeurs de presse laissaient entendre que (lors d’une réunion) le président avait parlé de l’audiovisuel public comme de la honte de la République. Il fallait donc tout réformer, fusionner, fermer des chaines, avoir seulement un seul patron ou encore faire des centaines de millions d’euros d’économie.

Finalement, ça va ressembler à quoi ?

Ce qui semble se dessiner, c’est bien une vraie réforme pour préparer notre audiovisuel public à l’avenir mais une réforme beaucoup moins va-t’en guerre que ce que les premières déclarations laissaient penser. Mais les objectifs restent les mêmes : reconquête du jeune public, coopérations internationales, offre de proximité, une offre commune en ligne et des synergies de ressources. Le modèle dont on devrait s’inspirer notamment c’est celui de la BBC en Grande Bretagne. Tous ceux qui planchent sur la réforme n’ont que ce modèle à la bouche. C’est vrai que l’audiovisuel public britannique est une méga structure fonctionne encore très bien. Il s’est beaucoup rénové avec une offre numérique par exemple pour les plus jeunes. Au-delà de la gouvernance, c’est pour cela qu’un gros accent va être mis chez nous sur le numérique. On ne devrait pas avoir de Netflix à la française, selon le Journal du Dimanche notamment, mais on va avoir une offre de vidéo à la demande assez intéressante. Il va y avoir aussi plus de synergies par exemple entre France 3 et France Bleu. On ne parle plus non plus de supprimer France 4 ou France O mais peut être de les basculer sur le web.

On parlait aussi de grosses économies, là-dessus où en est-on ?

Les premières rumeurs laissaient penser que le gouvernement cherchait un demi-milliard d’économies. C’était explosif notamment chez France TV. Mais à priori, selon plusieurs sources, l’étau devrait se desserrer un peu. On parle maintenant plus de faire des économies pour réinvestir dans l’avenir, ce qui devrait permettre de faire passer un peu plus facilement la réforme en interne.

Les émissions précédentes