Seulement 30.000 créations d’emploi au 3e trimestre : pourquoi pas plus ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque matin, Nicolas Barré fait le point sur une question d'actualité économique.

L’économie française a créé 30.000 emplois au troisième trimestre. C’est bien mais c’est peu !

C’est peu. C’est un peu mieux que sur le début de l’année. Mais le pic des créations d’emplois remonte au dernier trimestre de l’année dernière. Il faut dire que la croissance était plus forte. A l’époque, pour situer les ordres de grandeur, les effectifs du secteur privé étaient en hausse de 356.000 personnes sur un an. Aujourd’hui, on parle d’une hausse de 211.000 sur un an. Ça reste un rythme soutenu de créations d’emplois. Et ça montre que la politique de baisse du coût du travail enclenchée dans la deuxième moitié du quinquennat précédent produit des effets : entre 2015 et 1017, notre économie aura créé 600.000 emplois, ce qui est une performance.

Et cette politique n’a pas encore produit tous ses effets.

Effectivement, la pérennisation des baisses de charges, les ordonnances sur le travail et la révision des règles d’indemnisation, la réforme à venir de l’assurance chômage, les réformes de l’apprentissage et de la formation professionnelle, bref toutes ces réformes dites structurelles doivent produire des effets sur le long terme, à un horizon de deux ou trois ans. Mais en attendant, ce que l’on constate, c’est quand même un ralentissement des créations d’emplois. Beaucoup d’entreprises, par exemple, font état d’une pénurie de compétences dans certains domaines, dans l’industrie en particulier. Typiquement, ça prendra du temps avant que les efforts en matière de la formation répondent à ce problème. Résultat, la France reste un des pays développés où le taux de chômage est le plus élevé et malheureusement, au rythme actuel de créations d’emplois, ça ne changera pas rapidement.