Krach du Bitcoin : toutes les monnaies virtuelles s'effondrent !

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque matin, Nicolas Barré fait le point sur une question d'actualité économique.

Si vous vous êtes lancé dans l’achat de bitcoin, la monnaie virtuelle, en croyant faire de bonnes affaires, attention ! C’est le krach, toutes les monnaies virtuelles s’effondrent.

On ne peut pas dire que les autorités n’aient pas mis en garde les particuliers. L’AMF (le gendarme des marchés financiers) publie sur son site une liste noire des sites non recommandables qui promettent de gagner beaucoup d’argent en spéculant sur les monnaies virtuelles. Car beaucoup de particuliers se sont fait avoir. Et mal leur en a pris : au début de l’année, le cours du bitcoin s’élevait à 17.000 dollars. La spéculation était à son comble. Depuis, il s’est effondré et vaut moins de 6.000 dollars. Le bitcoin, a dit ce jeudi le vice-président de la BCE, le Français Benoît Coeuré, est "une émanation maléfique" de la crise financière de 2008, date à laquelle la monnaie virtuelle a été créée.

Pourquoi sa valeur chute-t-elle à ce point ?

D’abord, et c’est sans doute la raison essentielle, parce qu’il n’y a rien derrière : le bitcoin n’est basé sur aucune réalité économique. D’ailleurs le vice-président de la BCE a aussi parlé de "schéma de Ponzi", c’est-à-dire d’arnaque à la Madoff. Ensuite, parce que le marché des monnaies virtuelles est complètement opaque, il y a quelques gros acteurs qui manipulent les cours, d’où des mouvements extrêmement violents à la hausse et à la baisse. Enfin parce que les autorités monétaires commencent à se dire qu’il faut s’y intéresser de plus près et c’est Christine Lagarde, la patronne du Fonds monétaire international qui a peut-être porté le coup le plus dur récemment en disant que les banques centrales devaient les réglementer voire créer leurs propres monnaies numériques. Une menace potentiellement fatale pour le bitcoin, d’où la chute de sa valeur. La leçon à retenir de tout ça pour les particulier, c’est qu’il vaut mieux se tenir à l’écart des si on ne veut pas perdre sa chemise.