Fret à la voile : surveillez les étiquettes !

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Rendez-vous à la ferme est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Le fret vélique est une méthode beaucoup plus saine pour les écosystèmes quand on sait que 90% des produits sont transportés par les navires très gourmands en énergie fossile.

Le fret vélique

Nous avons bâtit un monde dans lequel il est aujourd’hui possible de consommer des produits venant de l’autre côté de la planète en se rendant simplement au supermarché du coin. Lorsque nous nous servons dans les rayons, il est difficile d’imaginer les longues distances que l’huile d’olive, le coton, le riz ou encore le sucre de canne ont dû parcourir pour être simplement à portée de notre main. Pourtant, plus d’un produit sur trois que nous achetons est originaire de l’étranger. 

Ce qu’il est aussi difficile d’imaginer en faisant les courses, c’est que ces denrées sont acheminées en bateaux, en avion ou en train. Ces moyens de transport consomment de l’énergie et du pétrole et émettent des gaz à effet de serre en quantité abondante. Alors que faire pour continuer à consommer un carreau de chocolat sans participer au réchauffement climatique ? La solution existe depuis au moins 5.000 ans et nous la redécouvrons aujourd’hui : il s’agit du fret vélique.

Il suffit de tendre les voiles pour que les bourrasques de vents s’y engouffrent, permettant ainsi aux bateaux de fendre les vagues de manière passive, sans utilisation d’un quelconque carburant ou d’un moteur polluant. Une méthode beaucoup plus saine pour les écosystèmes quand on sait que 90% des produits sont transportés par les navires très gourmands en énergie fossile. Bien sûr, les bateaux à voiles ne peuvent transporter les mêmes quantités que les cargos et autres porte-conteneurs. Un cargo peut embarquer plus de 22.000 caisses, alors qu’un voilier ne supporte pas plus de 40 tonnes de marchandise. Il faut en moyenne quatre fois plus de temps pour acheminer des produits par la voile. 

Mais la valeur ajoutée aujourd’hui est bel et bien dans la neutralité carbone, les goélettes qui permettent de transporter les marchandises depuis d’autres pays peuvent combiner de nombreuses activités. C’est le cas du voilier De Gallant, construit en 1913 aux Pays-Bas et entièrement rénové en 1987. Il mêle fret maritime, école de voile, et moyen de transport pour les voyageurs à la recherche d’aventures en mer. Ce deux-mâts sert aussi de support dans le cadre de missions scientifiques en lien avec l’océanographie, la biologie marine et la météorologie. Il nous est même possible à tous de participer à ces expéditions en cliquant ici

En France, nous pouvons acheter de la marchandise certifiée "transportés à la voile" par la compagnie TransOceanic Wind Transport (TOWT) ; il suffit de rechercher dans les rayons des produits arborant une étiquette bleue avec un voilier blanc. Le fret vélique représente l’avenir du commerce international écologique et donne aux produits une tout autre saveur lorsqu’on sait qu’ils sont "carbon free".