Les cadres majoritairement heureux de reprendre le travail

  • A
  • A
3:01
Le monde bouge est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Selon un sondage Viavoice pour l'école HEC, 61 % des cadres sont heureux de reprendre le chemin du bureau.

Cela peut surprendre.
D'abord, c'est une enquète réalisée uniquement auprès des cadres, une population plutôt privilégiée dans le monde du travail avec peu de chômage et des salaires plus confortables.
L'une des raisons invoquées pour expliquer ce bonheur de retourner au travail, c'est le plaisir de retrouver ses collègues de bureau.
Le fait même que l'on ait effectué ce sondage est très révélateur d'une tendance très en vogue dans les entreprises en ce moment, c'est l'injonction au bonheur.
Beaucoup d'études affirment que des salariés heureux sont 10 à 20% plus productifs, beaucoup moins absents et beaucoup plus fidèle à leur entreprise.
Depuis quelques années dans de nombreuses entreprises, on a donc vu apparaitre un nouveau poste, celui de "happiness chief officer" que l'on pourrait traduire par le "Directeur Chef du Bonheur".

En quoi consiste ce poste de "Directeur du Bonheur" ?

C'est là où c'est compliqué, il s'agit d'insuffler de bonnes ondes dans les entreprises.
On écrit des messages sympathiques avec des smileys, on installe un babyfoot, on organise des pots en fin de semaine (les "happy drinks" du vendredi soir), on fête l'anniversaire des salariés avec un gâteau surprise.
Sauf que ce n'est plus tellement une surprise, tout cela n'est pas très spontané et cette injonction au bonheur vire parfois à la corvée. Et puis, ceux qui n'aiment pas spécialement ces fêtes d'entreprises se sentent exclus et stigmatisés.
Bref, ce n’est pas facile d'être heureux sur commande, ça peut même être contreproductif.
Cela peut même être une arnaque comme par exemple avec Amazon qui rémunère ses salariés qui écrivent des tweets positifs sur leur condition de travail. Ces salariés, que l’on appelle les ambassadeurs d'Amazon, reçoivent des bons d'achat de 50 dollars en échange de tweets positifs. Ce n'est pas terrible comme démarche !