L'ancien monde "à combustion" revient au galop

  • A
  • A
2:29
© Europe 1
Le monde bouge est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

A Bordeaux, des élus se battent pour maintenir la liaison aérienne vers Paris, malgré la présence du TGV. A Toulouse, la présidente de la région Carole Delga veut que les autoroutes soient gratuites cet été. Et en Chine, la consommation de pétrole est encore plus forte qu'il y a un an. Il faut croire que le monde d'après sera celui d'avant. ​

Le "monde d’après" sera-t-il encore plus carboné ? En Chine, la consommation de pétrole est repartie de plus belle. En France, les élus locaux veulent relancer, au plus vite, le trafic aérien et autoroutier. 

Il y a les grandes paroles, les envolées lyriques et puis, il y la réalité pressante. Ce n’est pas la même chose. Dans l’aérien par exemple, le gouvernement demande à Air France de supprimer les vols domestiques quand il y a un TGV en moins de deux heures et demi (l'équivalent d'un Paris-Bordeaux). Pourquoi maintenir l’avion ? 

Sauf que les élus locaux, mais aussi la Chambre de commerce de Gironde, demandent le maintien absolu de cette liaison aérienne vers Orly. Il en va, expliquent-ils, de l’attractivité de la région, de ses emplois, de ses usines. Sans avion, il n'y a pas de business.

Un peu plus à l’Est, à Toulouse, Carole Delga, la présidente de Région, demande de son côté la gratuité des autoroutes. L'idée est de permettre à tous de partir en vacances cet été. Et, c’est vrai que comme l’essence n’est pas cher, on tous envie de pousser le moteur. En avant comme avant. 

Vous ne croyez pas à une reprise "plus verte", à une nouvelle économie décarbonnée ?

Si on regarde les Chinois, qui ont deux mois d’avance sur nous. Que se passe-t-il en Chine ? La consommation de pétrole est repartie comme en 40. Elle est même encore plus forte que l’an dernier à la même époque. Comme une envie d’en profiter encore plus, après des mois de privation. Donc, oui, il est à craindre que cette chute historique des émissions de C02 ne soit qu’une parenthèse.

Pourtant, s’il est une chose que nous a montrée cette épidémie, c’est bien que la nature est plus forte que nous, qu’elle peut terrasser notre économie, notre mode de vie. D’ailleurs, sans être un oiseau de mauvais augure, vous avez vu que les températures commencent à monter. On annonce plus de 30 degrés la semaine prochaine. Imaginez, cet été, une  alliance coronavirus - canicule. Ce serait l’horreur, car, un nouveau confinement, avec des températures caniculaires, serait encore plus dur supporter.