La CNP et la Banque Postale fusionnent pour renforcer leur activité

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde bouge est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

La Poste se marie avec CNP Assurance, la Caisse Nationale de Prévoyance. Cette fusion doit être annoncée dans la journée par le gouvernement.

La Poste a un problème avec le courrier, son activité historique qui ne cesse de décliner.
Qui a envoyé une lettre, une carte postale, cet été ? 90% du courrier émane des entreprises qui envoient de moins en moins de courrier. Toutes les factures sont envoyées par email.

Le courrier baisse de 6 à 7% par an. Que faire des 250.000 salariés de La Poste ?

Elle doit s'inventer de nouveaux métiers :
Les facteurs livrent désormais des médicaments, font passer le code de la route et aident les personnes âgées dans leur démarche internet.
L’activité colis fonctionne cependant très bien grâce aux commandes sur Internet.
L’autre grand métier de La Poste c’est la banque avec La Banque postale. D'où l'idée, pour renforcer cette activité, de marier la banque postale avec CNP Assurances pour devenir un géant de la banque-assurance.
En fait, les deux entreprises étaient déjà fiancées puisque La Poste propose déjà des contrats d'Assurance CNP à ses guichets. Là, on assiste à une fusion totale entre la CNP et la Banque Postale pour renforcer cette activité.

Comment cette fusion est-elle perçu en interne ? Que disent les syndicats ?

Il y a un risque de grogne face à cette fusion car la CNP appartient à la Caisse des Dépôts.
Au terme de l'opération, c'est la Caisse des Dépôts et non plus l'État qui va donc devenir l'actionnaire majoritaire de La Poste.
Il va même falloir changer la loi pour acter le fait que l'État passe sous les 50%.
Le risque c'est donc de voir les syndicats dénoncer une "privatisation rampante" de la Poste, car même si la Caisse des Dépôts est une banque publique, ce n'est pas l'État.
La Caisse des dépôts, qui sera l'actionnaire majoritaire de la Poste, dit vouloir ainsi créer un grand pôle financier publique au service des territoires.
La Poste, c'est 17.000 points de contact en France et une présence très forte dans les territoires.