La Chine lance une OPA sur la Bourse de Londres

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde bouge est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

La bourse de Hong-Kong lance une OPA à 37 milliards de dollars sur la bourse de Londres. La City craint de voir la vénérable place londonienne dirigée par le Parti Communiste Chinois. Voilà ce qui attend les Anglais, en dehors du "cocon" européen : se faire instantanément croquer par Pékin !

La Bourse de Londres pourrait bien se faire racheter par les Chinois !

La Bourse de Hong Kong (la Chine) a lancé ce mercredi soir une OPA surprise à 35 milliards d'euros sur la Bourse de Londres. Ça parait étrange mais les Bourses sont des entreprises comme les autres qui peuvent se faire racheter, comme un aéroport.
Autant dire que ce raid chinois a été très mal accueilli en Grande Bretagne. Le gouvernement britannique a déjà fait savoir que cela posait des problèmes de sécurité nationale. Et pour cause puisqu’une bourse, c'est un outil stratégique. C'est là où les entreprises lèvent de l'argent, des capitaux.
La Bourse de Londres est la première place européenne pour les actions, les obligations et la première place mondiale pour le marché des changes. C'est la City, avec des milliers de banques, de cabinets d'affaires ou de cabinets d'avocats !

Peut-on donner les clés de tout cet éco-système aux Chinois ?

Des Chinois dont on voit justement les pratiques à Hong-Kong. Le patron de la Compagnie aérienne de Hong-Kong, Cathay Pacific, a été limogé parce qu'il avait trop de sympathie avec les protestataires.

Jamais, les Anglais ne laisseront la City passer sous contrôle chinois ?

Effectivement, il se murmure déjà à Londres que l'un des échappatoires serait d'aller chercher les Américains en sauveur pour se vendre à New-York, plutôt qu'à Pékin.
On voit donc désormais ce qui attend les Anglais en dehors de l'Union Européenne, se faire immédiatement croquer par les Chinois ou les Américains aux choix.
Cette mésaventure de la Bourse de Londres nous montre aussi l'absolue nécessité de changer nos pratiques en Europe. En 2016, la Bourse de Londres voulait fusionner avec la Bourse de Francfort pour créer un géant mondial. La Commission Européenne a interdit ce mariage, au nom de la concurrence.
Résultat, aujourd'hui, Londres se fait croquer par les Chinois.
Il est grand temps d'autoriser et d'assumer la création de géants mondiaux en Europe, sinon on va tous disparaître.