Impôts : Gérald Darmanin engage une "transformation profonde" du réseau

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde bouge est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Chaque matin, Anne-Laure Jumet décrypte l'une des actualités économiques marquantes du jour.

Anne-Laure Jumet remplace Axel de Tarlé ce lundi 10 juin 2019.

La carte de France des centres des impôts va évoluer. Le gouvernement prépare une réforme d’ampleur à horizon 2022. De quoi s’agit-il ?

Cela fait un an que ce projet est à l’étude, l’objectif c’est de réduire le nombre de trésoreries. Aujourd’hui, il y a 3.600 points de contact, ce qui place les centres des impôts juste après les écoles en terme de présence sur le territoire. Mais pour Bercy, il faut revoir cette carte car les besoins évoluent avec la déclaration de revenus obligatoire sur Internet, la suppression prochaine de la taxe d’habitation ou encore la fin annoncée des paiements en cash dans les trésoreries. On ne peut continuer à faire comme avant !

Ça semble contradictoire avec les conclusions du grand débat : mettre d’avantage de services publics dans les territoires.

Ça semble effectivement à contre-courant mais pour le gouvernement, ce qui va être fait répond au contraire aux demandes exprimées lors du grand débat.
Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin assure qu’il y aura 30% d’accueils de proximité en plus d’ici 2022. Ce qui est, selon lui, un effort sans précédent.
Selon Gérald Darmanin, les services des impôts seront présents dans 700 communes de plus qu’aujourd’hui (soit 2.600 communes), notamment dans les villes de moins de 3.500 habitants.
Mais quand il parle d’accueils de proximité, il ne parle plus de trésoreries au sens strict, c’est pour ça que ce n’est pas contradictoire avec la volonté de restructurer le réseau.
On est là en fait dans le cadre des annonces faites par Emmanuel Macron en avril dernier : la création de "Maisons France service" pour que tous les services publics soient accessibles à moins de 30 minutes en voiture.
Dans ces lieux, il n’y aura pas que des conseils sur les impôts et donc que des agents des finances publiques.
On pourra aussi être aidé pour les démarches liées aux allocations familiales, à Pole emploi ou à la Sécurité sociale. Ce qui fait dire aux syndicats que l’on assiste là à une liquidation du réseau des impôts. Avec une réforme qui, selon leurs calculs, devrait aboutir à la suppression de la moitié des trésoreries.
Donc si le gouvernement a prévu quatre mois de concertation, ça s’annonce compliqué. La CGT appelle déjà à la grève pour obtenir le retrait de ce plan.