G20 à Buenos Aires : les Européens se serrent les coudes face au duo États-Unis et Chine

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de Tarlé est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Les 20 plus grands chefs d'État étaient ce week-end en Argentine pour le G20.
Un seul constat : les Européens ont disparu des radars !

Le G20 rassemble les 20 plus grosses économies du monde et comme on s'en doute, ce genre de réunion n'est pas du genre de Donald Trump qui préfère les réunions à deux (les réunions bilatérales).
C'est ce qui s'est passé en Argentine, le G20 s'est transformé en G2.
On n'a retenue qu'une seule chose de cette réunion à Buenos Aires, le dîner en tête-à-tête entre les deux plus grandes puissances mondiales, la Chine et les États-Unis. Voilà à quoi se résume l'ordre mondial : la "chinamérique".

C'est triste car les Européens ont disparu des écrans radars. Le G20 a été créé par la France en 1975 avec à l’origine le G6 (composé de quatre pays européens, des États-Unis et du Japon).
Aujourd'hui, c'est le G20 et finalement, ça se transforme en un G2 avec deux superpuissances et 18 figurants.

Cela veut-il dire que ce genre de réunion ne sert plus à rien ? Qu'il ne faut plus y aller ?

Si ! Finalement, rien de tel que de voyager au loin pour réaliser ce que l'on aime. Vexés d'être réduits à la portion congrue, les Européens ont fait bloc sur tous les sujets ce week-end, on se consultait avant pour parler d'une seule voix.
Emmanuel Macron qui devait s'exprimer a même donné la parole à Jean-Claude Juncker pour qu'il s'exprime au nom de tous les Européens.
Finalement, une petite flamme bleue bien vivace s'est allumée ce week-end à Buenos Aires.