Les enfants face aux tentations de Noël

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Antidote est une chronique de l'émission La vie devant soi
Partagez sur :

Anne Cazaubon parle des innombrables tentations pour les bambins, des jouets en passant par la nourriture, à l’approche des fêtes.

C’est avec elle qu’on termine en beauté tous les jours. Elle nous parle de nous, et de développement personnel. Et le mercredi, Anne Cazaubon, vous vous intéressez aux petits.

Namaste ! On s’intéresse aujourd’hui aux petits, qui à l’approche de Noël, frôlent la surchauffe avec toutes ces tentations dans les magasins, tous ces chocolats, tous ces jouets, toutes ces lumières. Vous avez tous assisté/vécu/subi/provoqué la crise du petit Gabriel/ Emma/ Manon/Jules, qui se roule par terre devant la caisse du supermarché parce qu’il veut des bonbons (C’est généralement à ce moment-là, que vous êtes à 2 doigts de faire un procès à la direction de l’établissement pour leur demander pourquoi tous ces étals sont à hauteur d’enfant. Alors que vous, il vous faut vous baisser jusqu’au sol et risquer le lumbago quand il s’agit d’attraper les sacs poubelles 50 litres qui sont toujours rangés en bas dans les rayons…)

Bref. Si on s’intéresse aux touts-petits plongés au cœur d’une « après-midi de course », c’est surtout parce que l’on a décidé de ne plus être ces parents qui s’énervent après leurs enfants, qui les menacent, qui les maltraitent, ça c’est ce qu’on fait nos parents, qui ont fait comme ils pouvaient et nous, on ne refera pas la même ! Non, parce que quand on frappe, quand on punit, quand on humilie, quand on menace un enfant, on lui apprend qu’un conflit se résout par la loi du plus fort ! Alors qu’il est bien plus constructif de lui montrer l’exemple, en trouvant autant que possible des compromis. 

Alors qu’est-ce qu’on fait pour éviter la crise ?

Et bien on se rue sur le site d’une association que j’aime beaucoup et dont le combat mérite le plus grand respect. Elle s’appelle « Stop VEO », pour « Stop à la  Violence éducative ordinaire ». Vous savez la violence éducative ordinaire, ce sont ces petites phrases assassines dont on se souvient longtemps, même à l’âge adulte toutes ces maltraitances parce que « c’est pour son bien » (Et Alice Miller, cette psychanalyste suisse, qui a lutté pendant vingt-cinq ans contre les châtiments corporels(les claques, les fessées infligées aux enfants) nous dit que « C’est pour ton bien », c’est surtout, le début de la tyrannie !

L’association Stop aux Violences éducatives ordinaires s’engage donc dans la prévention pour les enfants en vous proposant un fabuleux outil à télécharger gratuitement sur leur site : le guide de survie au supermarché avec des enfants ! Ils vont même plus loin en imaginant des flyers qui pourraient être disponibles aux supermarchés.

Sur lesquels on apprend donc que la première chose à laquelle penser AVANT de filer faire des courses avec son enfant, c’est de penser à ses besoins et d’anticiper la fatigue, la faim, la soif, le besoin de bouger.On peut aussi inventer des jeux pour occuper l’attention de l’enfant…mobiliser sa concentration (en trouvant par exemple un maximum de produits bleus, en repérant les produits en promotion), sans oublier régulièrement de regarder votre enfant, en lui caressant les cheveux, pour que son cerveau libère l’hormone qui apaise : l’ocytocyne. 

Qu’est-ce qu’on fait en cas de crise ?

On reste calme parce que le stress, c’est contagieux et que le calme est apaisant. On peut proposer un câlin, un contact rassurant, on peut faire diversion (oh regarde là-bas, un poisson. Oui, il ne bouge pas et il est dans un bac glaçon, mais regarde les gros yeux qu’il a !) L’important, pour vous, c’est d’essayer de vous détacher du regard des autres, et de créer une bulle avec votre enfant, pour verbaliser la situation et mettre des mots sur des ressentis dans les mots aussi, on va privilégier les phrases positives tout en restant ferme sur notre refus d’acheter ce bateau-pirate et en évitant le mot « non ».

Oui, je sais c’est dur et en plus, parent, c’est un job non-rémunéré !Enfin, sortir du magasin peut représenter la solution ultime : changer de lieu, peut aider à changer d’émotions ! Et si vous voulez en savoir plus, et télécharger ce petit guide de survie au supermarché (ou dans des espaces publics ) avec des enfants, il vous suffit de vous rendre sur le site www.stopveo.org