2:24
  • Copié

Ce matin la version sportive de la Renault Mégane, la Mégane GT.

Commercialisée depuis le mois de janvier, la ligne GT c’est la gamme intermédiaire de Renault, entre les modèles classiques et les super sportives RS. On a quand même relooké la Mégane telle qu’on la connait : carrosserie avec boucliers avant et arrière, prise d’air, jantes alliage 18 pouces, double échappement.

Look Sport aussi dans l’habitacle, avec sièges baquets format compétition, appui tête intégré, très fermes, recouverts d’alcantara, pédalier et volant sport, palettes derrière le volant et petite liseré lumineux à base de LED le long de la portière. Un liseré bleu qui passe au rouge comme l’ensemble du tableau de bord quand on déclenche le mode sport ! Là c’est un peu too much, on a presque l’impression de s’installer à bord d’un bolide de jeu vidéo avec le compteur de vitesse coloré derrière le volant.  

Coté technique, quelles particularités par rapport à une Mégane classique ? 

Le châssis sort directement des ateliers de Renault Sport avec notamment 4 roues directrices. C’est le système Control, déjà existant sur l’Espace et la Talisman. Ce système braque les roues arrière à l’inverse des roues avant en dessous des 60 km/h pour privilégier l’agilité, et au delà de cette vitesse, il les braquera dans le même sens pour plus de stabilité. Ça donne une adhérence parfaite dans les courbes, on a vite fait de se prendre pour un pilote… avec les 205 chevaux sous le capot, son moteur 1.6 L à 4 cylindres. 

Boite de vitesse automatique, 7 rapports, à double embrayage. Quatre modes de conduite proposés dont le mode sport, ce qui permet un passage de 0 à 100 km/ h en 7 secondes. 

Tout cela avec le confort d’une Mégane classique, même habitacle, même espace dans le coffre (384 litres). Un système multimédia complet avec un immense écran tactile vertical au centre de la planche de bord, caméra de recul et en option  l’affichage de la vitesse sur le pare brise face au conducteur, et le régulateur de vitesse adaptatif 

Le prix ?  31 500 euros + les 150 euros de malus pour ses 134 g de CO2 dégagés au km.

Plus chère, mais avec une bonne dotation en termes d’équipements de série, par rapport à ses rivales comme la Peugeot 308 GT.