Les propositions des candidats aux régionales pour les automobilistes

, modifié à
  • A
  • A
Tout roule est une chronique de l'émission Le grand journal du soir - week-end
Partagez sur :

Chaque matin, Pierre de Vilno fait le point sur les dernières innovations automobiles.

Les propositions des candidats des régionales pour l’automobile

Selon une enquête de nos confrères du site Caradisiac, les candidats aux régionales en Ile-de-France ont prodigué quelques conseils aux automobilistes.

Qu’est ce que ça donne? Est-ce que c’est unanime, tout le monde aborde le sujet de l’auto ?

Apparemment, ni Lutte Ouvrière ni le Parti communiste ni le Front National n’ont véritablement fait de propositions pour l’automobile.

Alors pour ceux qui émettent des propositions, comment les classer ?

Des plus intransigeants envers l’automobile individuelle, à ceux qui prônent au contraire une liberté totale, voici ce que ça donne :

La première idée d’Emmanuelle Cosse, d’EELV,  est de s’attaquer à la vitesse : on passerait de 130 à 110 km/h sur autoroute, de 110 à 90 km/h sur les voies intermédiaires, de 90 à 70 km/h sur les nationales et de 50 à 30 km/h en ville. Emmanuelle Cosse met trois milliards sur la table pour un plan de dépollution de l’IDF et veut, à outrance, développer les transports en commun.

Mais cette idée du transport en commun avant la voiture à soi est assez générique : si le socialiste Claude Bartolone veut mettre des parkings gratuits sur toutes les gares de grande banlieue, c’est pour que les banlieusards arrivent jusqu’à leur gare depuis leur village en voiture puis sautent dans le TER, RER ou métro pour regagner la capitale.

Sa rivale Les Républicains, Valérie Pécresse, voudrait inclure l’abonnement Vélib et Autolib dans le fameux Pass Navigo. Pas si éloigné finalement.
 

Et ceux qui sont diamétralement opposés?

Aurélien Véron, le candidat du parti libéral démocrate, veut accroître le réseau routier pour faire sauter les bouchons même s’il veut une voiture connectée, propre et partagée.

Le souverainiste Nicolas Dupont Aignan, lui, veut tout gratuit, ou presque en tout cas, les autoroutes autour de l’Ile de Franc. Notamment pour limiter le trafic des poids lourds qui justement utilisent le réseau francilien pour se rendre dans d’autres régions. Là encore, il est question de décongestionner, éliminer les bouchons mais comme il n’y a pas que les poids lourds, il veut revenir sur le prix du stationnement, selon lui, totalement aberrant.

Enfin un candidat qui voit loin? Très loin?

Dawari Horsfall, le candidat de l’Union Citoyenne, ne jure que par la voiture électrique. Deux mots : l’Autolib en grande banlieue et une prime à la casse pour l’achat d’un véhicule électrique.