2:26
  • Copié
, modifié à

Chaque matin, Pierre de Vilno fait le point sur les dernières innovations automobiles.

Innovation automobile : les camions intelligents

Une expérience très concrète a eu lieu en milieu de semaine dernière entre la Suède, l’Allemagne et les Pays-Bas. Douze camions "intelligents", connectés entre eux via le wi-fi et semi-automatisés, sont arrivés à bon port à Rotterdam.

Quand vous dites "intelligents" ou "semi-automatisés", ça veut dire quoi ?

Ça ne veut pas dire qu’ils roulent tous seuls, ça on n’y est pas, et on ne ferait surement pas le test grandeur nature sur des routes européennes. En revanche, le principe a été de faire des "couples" de camions, c’est à dire des convois de deux. Le premier est un camion tout à fait normal, conduit par un chauffeur déterminant du coup la trajectoire, la distance ou encore la vitesse, et derrière lui, on lui a "scotché" un camion semi-automatisé c’est à dire qui fait un copier-coller de la conduite de celui qui le précède. Il roule à la même vitesse, freine quand il freine ou accélère lorsqu’il accélère.

Ça veut dire qu’il n’y a pas de chauffeur dans le second ?

Si, mais ce dernier n’a pour mission que de tourner le volant, sachant que sur ce trajet, qui précisons-le a été une première expérience transfrontalière mondiale, aucun des camions n’a eu besoin de doubler. Car évidemment les données auraient été perturbées.

Le but, à terme, est évidemment que le camion roule tout seul, sans chauffeur. Mais déjà savoir qu’il était derrière l’autre, connecté par le wi-fi lui transmettant les règles de trajectoire et de distance, séparé par une seconde de distance de freinage, c’est à dire 22 mètres, le tout roulant jusqu’à 80 km/h par moments, c’est une véritable prouesse qui permet aux ingénieurs de DAF, Daimler, Iveco, MAN Scania et Volvo, tous ces fabricants de camions, d’avoir des bases très sérieuses pour le futur camion automatisé.

Mais c’est positif comme idée, le camion automatisé? Ça va encore supprimer des emplois ça ?

L’aspect social n’est pas abordé dans cette expérience, mais vous avez raison, il est étrangement absent du débat. Surtout que les déclarations des ministres néerlandais et belge des infrastructures routières sont à double sens. Mélanie Shultz an Haagen et Jacqueline Galant ont raison de dire que la plupart des accidents impliquant des camions sont causés par la déficience humaine. Il est vrai que certains chauffeurs sur-exploités s’endorment et perdent le contrôle de leur véhicule lorsqu’ils enchaînent les heures. Mais de là à faire des camions sans chauffeurs, il y aura, c’est totalement vrai, un sérieux débat à aborder.

Les chroniques des jours précédents