2:43
  • Copié
, modifié à

Chaque matin, Pierre de Vilno fait le point sur les dernières innovations automobiles.

Essai du mercredi : un monospace restylé, la Seat Alhambra

Cousine du Sharan Volkswagen sorti il y a quelques mois, la Seat Alhambra est l'alternative économique de ce modèle qui reste un vrai monospace tel qu'on le concevait dans les années 1980 avec l'Espace Renault et le Chrysler Voyager. Dans certaines familles, on appelait ça les "bétaillères à cathos" mais voilà, depuis l'arrêt de l'Espace 4, le préféré des familles nombreuses, il n'y en a plus beaucoup.

Listons les :
- Ford S max
- Kia Carens
- Mercedes Citan
- Opel Zafira
- Peugeot 5008
- Alhambra et Sharan

Finis les Citroën C8, Lancia Phedra, Chrysler Voyager ou encore Toyota Previa. Le modèle aujourd'hui, c'est le Crossover familial et comme d'habitude, le "la" a été donné par Renault, et son Espace V. Maintenant tout le monde s'y met.

L'Alhambra, c'est un monospace "classique" ?

Oui, et c'est une forme en voie de disparition. Les premiers monospaces de cette trempe avaient pour mission : petites roues, carrosserie tout en hauteur. Les nouveaux ont des grosses roues, ils sont surélevés et ont une carrosserie aussi basse que possible. Ça veut dire fatalement qu'on y perd en habitabilité mais que l'on y gagne en stabilité, en plaisir de conduire, d'être plus haut, et de pouvoir passer où l'on veut et surtout ne plus craindre les routes très abîmées de notre pays. Au volant de l'Alhambra, on se trouve bien. Si l'on compare avec l'ancienne version, peu de choses ont changé :l'écran central, désormais obligatoire est de plus en plus grand lorsque vous montez en gamme. Il y a également les aides à la conduite, dont le détecteur de fatigue.

Et en matière de conduite ?

C'est un monospace et l'acheteur lambda qui va acheter un monospace ne va pas miser sur un moteur ultra performant, contrairement au père de famille (ou mère de famille) qui voudra se faire plaisir avec un break ou 4x4 hautes performances. Nous avons essayé le modèle TDi 150 chevaux, associé à la désormais célèbre boîte DSG. Rien à dire, on lance les 1.800 kg à vide donc plus de deux tonnes pour une petite famille et les 340 newton mètres de couple permettent de tracter très honnêtement le monospace. Nous n'avons pas eu le temps de le tester sur des cols de montagne avec cinq enfants à l'arrière, mais en ville, tout seul, ça avait l'air d'aller.

Le prix ?

Un peu plus de 36.000 euros pour l'entrée de gamme, un peu moins de 40.000 euros pour le Premium dans cette motorisation, qui est de loin la meilleure. Ne vous aventurez pas sur un 1.4 TSI essence ou un 184 diésel car trop faible pour l'un, inutile pour l'autre.

Et Madame ?

Madame n'a pas eu le temps d'en voir la couleur ni nous de prendre des photos, puisque comme expliqué la semaine dernière, nos amis de la fourrière l'ont embarquée.