La loi Avia retoquée, un nouveau site pour BFMTV, France 2 fête la musique, Webedia en difficulté et le rapport sur la presse en ligne

  • A
  • A
7:51
Le journal des médias est une chronique de l'émission Culture médias
Partagez sur :

Le Conseil constitutionnel a retoqué ce jeudi le cœur de la loi Avia qui devait permettre de lutter contre la haine en ligne. Une fête de la musique forcément un peu spéciale cette année pour cause de mesures sanitaires. Cela n’empêche pas France 2 d’inaugurer ce week-end musical dès ce vendredi soir. Entre 80 et 90 personnes devraient quitter Webedia prochainement, ce qui représente entre 10 et 15%. Le site de BFMTV fait peau neuve et organise sa refonte. Reuters et l’Université d’Oxford ont publié leur rapport annuel sur la presse en ligne. Sur cet indicateur de l’intérêt pour la presse régionale et locale, la France est en 37e position sur les 40 pays observés par l’étude Reuters.

Ce Journal des médias débute avec un revers pour le gouvernement.

Le Conseil constitutionnel a retoqué ce jeudi le cœur de la loi Avia qui devait permettre de lutter contre la haine en ligne. Les Sages ont en fait jugé comme anticonstitutionnel les deux premiers paragraphes de l’article premier, ce qui a entraîné la censure de six autres articles du texte. Cette loi portée par la députée Laetitia Avia devait permettre de demander aux sites et aux plateformes de retirer certains contenus, parfois même sous des délais extrêmement court de 24 heures. Le Conseil constitutionnel estime que certains pans du texte contreviennent aux principes de liberté d’expression et sont une atteinte à nos libertés.

Dimanche 21 juin, c’est jour de Fête de la musique. Une fête forcément un peu spéciale cette année pour cause de mesures sanitaires. Cela n’empêche pas France 2 d’inaugurer ce week-end musical dès ce vendredi soir.

Nous vivons une drôle de période mais il faut garder l’esprit de fête. "Tous ensemble pour la musique", c’est comme ça que France 2 a décidé de baptiser sa soirée spéciale. Covid oblige, France 2 ne sera pas à Nice comme les années précédentes mais à l’AccorArena de Paris. Et ce qui s’annonçait comme une soirée presque glauque avec des artistes sur scène dans une immense salle vide a connu un regain d’intérêt grâce au passage de l’Île-de-France en zone verte. Finalement, il y aura bien du public ce soir pour assister au spectacle. 2.000 personnes sur les 20.000 que peut contenir l’Accor Arena ont été admises pour venir applaudir entre autre Patrick Bruel, Thomas Dutronc, Clara Lucciani ou encore Vianney. Le producteur de la soirée, Philippe Vilamitjana, nous explique le dispositif forcément difficile à organiser avec le respect des mesures sanitaires. Alors même si Bercy ne sera pas plein, ce public c’est un vrai plus pour une soirée de fête de la musique. Alexandra Redde-Amiel, la directrice des variétés et des divertissements de France Télés nous explique ce que cela change pour les téléspectateurs et la soirée toute entière. La Fête de la musique, présenté par Garou et Laury Thilleman, c’est donc ce soir, en direct et en public, sur France 2, à partir de 21 heures.

Encore une mauvaise nouvelle pour les médias.

Cette fois, c’est du groupe Webedia, les propriétaires des sites Allo ciné, Pure médias, pure people. C’est un groupe qui appartient à l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière. Entre 80 et 90 personnes devraient quitter Webedia prochainement, ce qui représente entre 10 et 15%. Ces départs devraient se faire par le biais d’une rupture conventionnelle collective. Webedia doit réaliser 50 millions d’euros d’économies.

Petit lifting du côté du site Internet de BFMTV.

Avant les journaux et les magazines usaient et abusaient des nouvelles formules, sans que l’on sache d’ailleurs si cela avait le moindre impact sur le recrutement des lecteurs. Maintenant, les sites Internet en font autant. BFMTV.com a donc décidé de faire peau neuve. Julien Mielcarek, le rédacteur en chef du site, nous explique l’importance de cette refonte. Au-delà de cette nouvelle formule, le site de BFM est le premier site d’actualité sur mobile avec plus de 150 millions de visites au moins d’avril dernier. Le succès d’un site Internet, c’est aussi sa rapidité. Ce n’est rien de dire que les utilisateurs ne sont pas patients et veulent accéder le plus vite possible à ce qu’ils cherchent et ça a été l’un des éléments de travail du côté de BFM. En France, plus d’un tiers des internautes utilisent un ad block, un bloqueur de publicité lorsqu’ils naviguent sur Internet. Est-ce que l’on y pense quand on crée un nouveau site ? La réponse de Julien Mielcarek, le rédacteur en chef du site de BFM.

Reuters et l’Université d’Oxford ont publié leur rapport annuel sur la presse en ligne.

C’est un rapport qui symbolise bien toutes nos contradictions avec l’information. Premier exemple, c’est à la presse régionale et locale que les Français font le plus confiance pour s’informer devant franceinfo, France Télévisions ou Le Monde. Pourtant, à peine un tiers des Français disent s’intéresser à la presse régionale et locale. Sur cet indicateur de l’intérêt pour la presse régionale et locale, la France est en 37e position sur les 40 pays observés par l’étude Reuters. Autre paradoxe, depuis cette année, c’est sur Internet et les réseaux sociaux que les Français vont chercher leur information et devinez à quel support ils font le moins confiance ? Internet et les réseaux sociaux !

Ce que révèle aussi ce rapport de Reuters, c’est que la France est en retard sur de nombreux indicateurs de consommation de l’information.

10% des Français disent avoir payé pour de l’info en ligne, c’est deux fois moins que les Américains par exemple. Nous sommes en queue de peloton pour la consommation des podcasts, pas franchement mieux positionnés concernant l’utilisation des newsletter. Mais peut-être que tout cela n’est pas une surprise : Reuters nous révèle que seuls 23% des Français ont confiance dans les informations qu’ils lisent dans les médias. Cela nous classe en avant dernière position, coincés entre Taïwan et la Corée du Sud.