Le grand direct de l'actu - "5èmes colonnes en France" : Christian Estrosi et Nadine Morano ont-ils dérapé ?

  • A
  • A
Le grand direct de l'actu est une chronique de l'émission Le grand direct
Partagez sur :

Une heure consacrée à un sujet d’actualité qui fait le buzz. Des polémistes et un invité sont en plateau pour débattre de l’actualité du jour et réagir aux questions des auditeurs.

 Le débat –« 5èmes colonnes en France » : Christian Estrosi et Nadine Morano ont-ils dérapé ?

Christian Estrosi a affirmé dimanche que la France devait faire face à des "cinquièmes colonnes" islamistes et qu'une "troisième guerre mondiale" était déclarée à "la civilisation judéo-chrétienne" par "l'islamo-fascisme". Il a été rejoint par Nadine Moran.

L'expression « cinquième colonne » désigne un traître embusqué à l'intérieur d'un pays ou d'une armée, prêt à se réveiller pour prendre à revers lors d'une attaque extérieure.

Le président UMP du Sénat, Gérard Larcher, s'est clairement démarqué du maire de Nice en se disant "choqué" par l'emploi du mot "fasciste" et en indiquant que "la théorie de la cinquième colonne" n'était "pas sa théorie".

Pour en parler

 

- Lydia Guirous, Secrétaire nationale UMP en charge des Valeurs de la République et de la Laïcité. Son dernier livre, «Allah est grand, la République aussi» est paru chez JC Lattès en octobre 2014.

- Danielle Simonnet, conseillère de Paris, secrétaire nationale du Parti de Gauche

A 10h40, « le coin des râleurs » : vous allez pouvoir réagir sur tout ce qui vous agace dans l’actualité et laisser vos coups de gueule sur notre répondeur au 39 21 (0.34€ la min)

A 10h45 – notre invité face à vos questions – La discrimination physique à l’emploi

- Maud Hospital, membre d’Allegro Fortissimo, association qui lutte contre les discriminations dont sont victimes les personnes de forte corpulence dans la société

Confrontée à des poursuites pour discrimination et à un recul continu de ses ventes, Abercrombie & Fitch renonce à ses mannequins-vendeurs sexy. Depuis vendredi, les magasins de la marque branchée de prêt-à-porter américaine ne recrutent plus leurs vendeurs sur la base de leur apparence physique. Le PDG de la marque avait provoqué un tollé en déclarant que les vêtements de son groupe n'étaient pas pour les "gros".

 Mais a-t-on le droit de ne pas recruter une personne en raison de critères physiques ? La discrimination physique est-elle courante en France ?

Notre invitée nous apportera son éclairage.

A 10h59, le dernier mot sera signé Thomas Joubert