L'obésité, la pauvreté et la dangerosité du sport font la Une de la presse égyptienne, argentine et américaine

, modifié à
  • A
  • A
4:42
La revue de presse internationale est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Une animatrice télé égyptienne provoque un scandale en s'en prenant aux "gros", l'Argentine espère une aide du FMI pour faire face à la crise et à son extrême pauvreté, tandis qu'un grand sportif américain met un terme à sa carrière qu'il juge trop dangereuse.

- Ariane Lavrilleux au Caire :

Une animatrice de TV démissionne après avoir traité les gros "d'horreur à voir". Elle a provoqué un scandale mais, quelques mois plus tôt, le président égyptien avait eu une formule similaire. En Égypte, l'obésité monte en flèche, comme la pauvreté (les deux phénomènes étant liés).

- Aude Villiers-Moriamé à Buenos Aires :

La mission du FMI doit déterminer si oui ou non le pays peut recevoir une dernière tranche d’aide mais l’Argentine s’enfonce dans la crise. Un tiers des argentins vit sous le seuil de pauvreté, ravivant les pires souvenirs de la crise du début du 21e siècle.

- Xavier Yvon à New-York :

Une star du football américain arrête sa carrière à 29 ans. Il estime que le sport roi aux States est “trop dangereux”.

L’annonce d’Andrew Luck a provoqué une onde de choc qui agite les médias à New York. Andrew Luck était le quarterback, le maître à jouer des Colts d’Indianapolis, l’un des meilleurs de sa génération. À 29 ans et après seulement sept ans de carrière, il arrête.

"Il a choisi sa santé plutôt que l’argent et la gloire", écrit une éditorialiste du Boston Globe. Andrew Luck renonce en effet à des centaines de millions de dollars mais il n’en peut plus. Son "corps a été ravagé par les blessures", raconte le très bon magazine The Atlantic qui fait la liste : un rein endommagé, des cotes cassées, une épaule déboîtée, et surtout une commotion cérébrale. "Tout ça l’a convaincu que jouer au foot américain ne valait plus le coup", continue le magazine. Pourtant c’est le sport le plus populaire ici. Chaque année, le Superbowl c’est plus de 100 millions de téléspectateurs qui veulent voir de l’action et des chocs. Ça tue à petit feu ces gladiateurs des temps modernes, de nombreux joueurs à la retraite souffrent de maladies dégénératives du cerveau.

Quel avenir alors pour ce sport si violent ? Le réalisateur Michael Moore n’en voit aucun. Sur Twitter, il a applaudit Andrew Luck et prédit la disparition du foot américain d’ici 2050.