Les migrants de l'Ocean Viking autorisés à débarquer en Italie, les footballeuses espagnoles en grève et le Colonel Alexander Vindman contre Donald Trump : la Une de la presse internationale

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse internationale est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Alors que les migrants de l'Ocean Viking ont été autorisés à débarquer en Italie et que Salvini fulmine, les footballeuses espagnoles réclament la revalorisation de leur salaire et Donald Trump est mis en cause par le Colonel Alexander Vindman.

Blandine Hugonnet en Italie :

Les migrants de l'Ocean Viking ont été autorisés à débarquer en Italie grâce à un accord avec l'Allemagne et la France.  C’est la première application du projet de répartition européen lancé à Malte. Salvini fulmine.

Henry De Laguérie en Espagne :

Les footballeuses espagnoles font grève ce week-end. Elles sont payées entre 600 et 800 euros par mois et réclament 1.000. Les clubs disent qu’ils n’ont pas les moyens.

Xavier Yvon aux États-Unis :

La mort de Baghdadi a déjà été remplacée à  la Une des journaux. La menace d’un impeachment contre Trump est trop forte avec un nouveau témoignage à charge ce mardi.

L’image du jour aux États-Unis est celle de cet officier en uniforme bleu nuit impeccable, recouvert de médailles, visage rond  et lunettes carrées, qui arrive au Capitole ce mardi. Le Colonel Alexander Vindman c’est la menace de l’intérieur pour Donald Trump. "Il est le premier officiel en poste à la Maison-Blanche à venir déposer devant la Chambre", explique le New York Post. Directeur des affaires européennes au sein du Conseil de sécurité nationale, il est surtout le premier témoin à avoir écouté directement le fameux appel téléphonique lors duquel Donald Trump a demandé au Président ukrainien Zelensky d’enquêter sur son rival politique Joe Biden. Et ce que cet officier a raconté aux élus est "dévastateur", titre le Daily News. Le contenu de l’appel l’a inquiété au point d’en référer à ses supérieurs. Plus grave, révèle le New York Times, le colonel Vindman a aussi expliqué que la transcription de l’appel n’était pas fidèle. Il manque des éléments de la conversation incriminants pour Donald Trump.