Triman, petit logo, grosse bataille

SAISON 2013 - 2014
  • A
  • A
2:34
Partagez sur :

Le Triman, c’est un tout petit logo qui se retrouve aujourd’hui au cœur d’une grande bataille politique.

Marion : Le Triman (se prononce Trimane), c’est un tout petit logo qui se retrouve aujourd’hui au cœur d’une grande bataille politique….

 

Yolaine : le Triman c’est ce petit bonhomme, de profil, avec une main tendue vers trois flèches, qui devrait devenir prochainement le logo de référence des produits recyclables. Attendue depuis 2012, puis repoussée, sa naissance devrait avoir lieu le 1er janvier 2015 si tout se passe bien…

Marion : Justement tout ne se passe pas si bien et cela se joue à présent autour du décret d’application de l’article rendant obligatoire le Triman dans le cadre de la loi sur la simplification de la vie des entreprises

 

Yolaine : Oui, cela semble bien compliqué et c’est pourtant très simple : né du Grenelle de l’environnement et soutenu par l’ADEME (agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie) ce logo entend améliorer le geste de tri des Français : un seul logo, une seule image pour faire savoir que oui, cet emballage est recyclable ;  il nous semble à nous que c’est simple, net et sans bavures, non ? Aujourd’hui vous avez des messages différenciés selon les produits et les interlocuteurs, en tout il existe plus d’une dizaine de logos autour de la thématique du déchet, ce qui brouille le message : un seul logo parait être la bonne solution … Mais toutes les entreprises ne sont pas d’accord, le Medef en tête !

 

Marion : Des raisons particulières à cela, je suppose ?

 

Yolaine : La fin d’un flou artistique qui arrange beaucoup de monde !  Car le Triman remplacerait à terme le point vert d’Eco emballages qui joue sur la confusion vis-à-vis des consommateurs… Car ce point vert ne signifie pas que l’emballage est recyclable comme on le croit souvent mais simplement que l’entreprise qui le produit paye sa quote part pour financer la collecte et le tri! Le président d’AMORCE, une association qui représente 536 collectivités territoriales chargées de la collecte et du tri,  Nicolas Garnier, annonce d’ailleurs qu’avec Triman de nombreux masques vont tomber ! Certains produits ne pourront plus se targuer d’être recyclables avec l’impact que l’on peut imaginer sur les ventes. Une réunion interministérielle devait avoir lieu mi-mars, elle a été reportée sine-die. Nous suivrons donc, avec attention, le fabuleux prochain destin du Triman

Les émissions précédentes