La langue de Molière au pays du burger

SAISON 2013 - 2014
  • A
  • A
Partagez sur :

Bien qu’elle soit massacrée dans nos SMS et nos tweets, la langue française est en pleine renaissance, tenez-vous bien, chez les américains, et plus particulièrement les New-Yorkais.

Thomas : Bien qu’elle soit massacrée dans nos SMS et nos tweets, la langue française est en pleine renaissance, tenez-vous bien, chez les américains, et plus particulièrement les new yorkais

Yolaine : Oui, tout arrive Thomas ! A New York, des écoles publiques proposent des programmes bilingues avec des cours en anglais ET en français. Du coup, le Parisien nous explique que le français se trouve en troisième position des langues étrangères les plus enseignées aux Etats-Unis, après l’espagnol et le mandarin. Encore plus étonnant : la demande pour ce genre de programme explose, de plus en plus de parents cherchant à y inscrire leurs enfants.

Thomas : Mais à quoi doit-on cet engouement soudain pour le français ?

Yolaine : Eh bien, la raison est bonne pour notre égo car on nous parle du côté raffiné et cultivé de notre langue. Il faut surtout ne pas oublier que le français est omniprésent dans la langue anglaise et la culture américaine. Nous avons joué, par exemple, un rôle primordial lors de la guerre d’indépendance des Etats-Unis. Et puis, la langue de Molière est aussi celle de l’amour, et les américains, comme beaucoup d’étrangers, raffolent de notre accent.

Thomas : Parler français aide donc les américains dans les boîtes de nuit ! Je vois….. mais c’est aussi bon pour leur cerveau, vous nous avez parlé récemment des bienfaits du bilinguisme

Yolaine : Oui, être bilingue, quelle que soit la langue parlée, est en effet excellent pour le cerveau des enfants mais aussi pour la santé.

Selon plusieurs études, parler deux langues retarde l’apparition de la maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démence. Les bilingues ont aussi des facilités à résoudre les conflits, à se concentrer et même à faire plusieurs choses à la fois, car leur cerveau possède une sorte de double circuit. Alors, Thomas, je vais m’occuper un peu de vous, répétez après moi : Learning English est marrant ! Et le français is good for health !

Les émissions précédentes