Marathon de Londres : un collier pour respecter la distanciation sociale

  • A
  • A
1:41
L'innovation du jour est une chronique de l'émission Europe Matin - 5h-7h
Partagez sur :

Chaque jour, Anicet Mbida nous fait découvrir une innovation qui pourrait bien changer notre façon de consommer. Ce vendredi, il s'intéresse à un collier qui sera distribué aux participants du marathon de Londres ce week-end pour respecter la distanciation sociale.

Après avoir été reporté, le marathon de Londres va finalement avoir lieu ce week-end (dimanche). Avec une première : les participants vont devoir respecter la distanciation et ils auront un petit collier pour les aider.

Un collier avec un mini boîtier électronique qui va scanner tout autour lui. Et si un autre concurrent se trouve à moins d’un 1,50m, leurs deux colliers vont se mettre à vibrer et à clignoter pour rappeler à chacun de garder ses distances.

Les coureurs ne seront pas les seuls à en être équipés. Tout l’encadrement des athlètes et tous les membres de l’organisation auront le même appareil. Cela permettra de suivre aussi bien la durée que la fréquence des contacts entre les uns et les autres. Et d’alerter les officiels si on ne respecte pas les règles.

Du coup, si quelqu’un est testé positif au COVID, on pourra plus facilement retrouver toutes les personnes avec lesquelles il a été en contact.

On connaît le prix de ces boîtiers ? Ça doit coûter une fortune d’équiper tout le monde.

C’est assez cher, environ 100 euros l’unité. Mais cette année, il n’y aura pas 40.000 participants comme d’ordinaire. Avec la pandémie, seule l’élite du sport a été invitée. Ceux qui ont besoin de faire un temps pour les Jeux olympiques par exemple. Au final, il n’y aura qu’une centaine de coureurs : hommes, femmes et handisport ; plus 500 personnes pour l’encadrement. Donc ils ont seulement besoin d’environ 600 de ces mini boîtiers.

Mais le prix reste le principal frein à l’utilisation de cette technologie. Certains aimeraient l’utiliser dans des badges ou des bracelets, que ce soit dans les usines, les restaurants ou les salles de sport. Car elle permettrait enfin de se passer de masques. Sauf qu’à 100€ pièce, c’est inimaginable. Il faudra attendre que les prix baissent.