Lutte contre le réchauffement climatique : et si on transformait les climatisations en absorbeurs de CO2 ?

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'innovation du jour est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Ce matin, un nouveau concept pour lutter contre le réchauffement climatique. Des scientifiques proposent d’utiliser les climatisations pour nous débarrasser du CO2 qui est dans l’air.

C’est paradoxal, car les climatiseurs sont très gourmands en énergie. Mais ils ont aussi un énorme avantage. Il y en a partout : dans les bureaux, les voitures, les magasins… parfois, ils sont même immenses. Donc, pourquoi ne pas leur ajouter un petit dispositif leur permettant d’absorber le CO2 qui est dans l’air ? Cela créerait un gigantesque réseau de purificateurs. Ce qui aiderait à lutter contre le réchauffement climatique. 

C’est une proposition faite par un groupe de chercheurs allemands et canadiens dans la revue Nature. Comme beaucoup, ils estiment que les objectifs de réduction de gaz à effet de serre ne seront pas suffisants. Qu’il faut quelque chose de plus radical. Par exemple, utiliser les climatiseurs pour nettoyer l’air.

Ça peut s’adapter aux climatisations actuelles ou il en faut de nouvelles ?

Selon eux, on pourrait assez simplement modifier les climatisations actuelles lors d’une opération de maintenance, par exemple. Mais cela ne paraît pas très réaliste. Il faut quand même prévoir un dispositif pour stocker et le CO2 récupéré. Donc c’est plutôt à envisager pour les nouvelles installations. D’ailleurs, ce n’est pas ce qui va manquer. Plus le climat se réchauffe, plus l’on installe de climatisations.

Et qu’est-ce qu’on fait du CO2 récupéré ?

Ils imaginent le combiner avec de l’hydrogène issu de l’humidité pour créer un carburant de synthèse. Cela semble plutôt une belle idée : utiliser les millions de climatiseurs pour nettoyer l’air et créer du carburant. On verra si elle finit par être mise en œuvre.