États généraux de la prévention des cancers : un dépistage à partir d’une simple prise de sang

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Les États généraux de la prévention des cancers commencent aujourd’hui.
Une bonne nouvelle dans la lutte contre le cancer, on va pouvoir détecter les tumeurs beaucoup plus tôt et les soigner plus efficacement.

Ce sont deux secteurs où la science a fait d’énormes progrès ces dernières semaines. Par exemple : on sait désormais déterminer le type de tumeur et la façon de la combattre rien qu’avec une prise de sang. Ce qui est quand même plus confortable que d’avoir à faire une ponction lombaire ou une biopsie (prélever et analyser un bout de tissu cancéreux pour trouver la meilleure façon de le soigner). Désormais, on pourra avoir les mêmes informations après une simple analyse sanguine.

Ça fonctionne pour n’importe quel type de cancer ?

Oui, tous les principaux : poumon, sein, pancréas et prostate. Une technique qui vient d’être présentée par des chercheurs de l’Université Brigham Young aux États-Unis.
Autre nouveauté : on pourrait bientôt carrément dépister les cancers. Là encore, il suffira d’une simple prise de sang pour savoir qu’une tumeur va arriver. Et cela trois, cinq, dix ans avant qu’elle se forme, avant que les premiers symptômes apparaissent.
Il y avait déjà une première méthode qui recherchait des marqueurs très rares, qui apparaissent dans le sang, bien avant que la tumeur se soit développée. Une nouvelle technique, encore plus fiable, vient d’être révélée dans la revue Nature.
Donc même si on n’a pas encore trouvé de remède contre le cancer, on pourra au moins l’anticiper, donc mieux le traiter.

On rappelle qu’une trentaine d’experts réclame le dépistage systématique du cancer du poumon, par scanner, chez les gros fumeurs à partir de 50 ans. Une mesure qui permettrait de sauver environ 7 500 vies par an. En France, le cancer du poumon est celui qui est le plus mortel.