Cinéma : après le director's cut, bientôt le personnal cut ?

  • A
  • A
2:05
L'innovation du jour est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Bonjour Anicet Mbida. Une innovation septième art en ce jour des sorties cinéma. L’arrivée d’une nouvelle génération de films qui se contrôlent par la pensée.
Le premier sera projeté début juin au festival du film de Sheffield en Angleterre. On est clairement dans le cinéma expérimental, puisqu’il faut se mettre un bonnet bourré d’électrodes sur la tête. Il va analyser notre activité cérébrale et ajuster le montage du film en conséquence. Par exemple : s’il détecte qu’on commence à s’ennuyer, il va accélérer le rythme de la musique et changer le fil de narration pour rendre l’ensemble plus dynamique (il essaie de vous réveiller en quelque sorte). En revanche, si on est passionné par ce que l’on voit, il va délayer un peu plus l’histoire et approfondir les personnages. Mais dans tous les cas, la fin restera la même.
C’est un film de science-fiction qui s’appelle "The moment" réalisé par Richard Ramchurn. Il a tourné des dizaines de versions de certaines scènes. Et tout est remonté en temps réel en fonction de l’attention de celui qui regarde.
Mais comment ça marche s’il y a plusieurs personnes dans la salle ? Qui contrôle le film ?
C’est le problème. Il n’y a qu’une personne qui peut contrôler le film. Toutes les autres regardent. Donc, à mon avis, si cette technologie a de l’avenir, ce sera plutôt à la maison sur des sortes de DVD avec une version cinéma et une version personnalisable. Aujourd’hui, on a le "director’s cut". Demain, on pourrait aussi avoir le "personnal cut".
C’est vraie tendance : essayer de modifier le film en temps réel et en fonction de l’intérêt des spectateurs. Par exemple, les studios de la Fox vont adapter la série des "livres dont vous êtes le héros" au cinéma. Il n’y aura pas de pauses pendant le film. Mais à certains moments clés, on devra décider, via une application sur son téléphone, si le héros doit partir en courant ou se cacher dans la cave. Ce qui changera, évidemment, le cours de l’histoire.
Même question, comment ça marche avec plusieurs personnes ?
C’est la majorité qui va l’emporter. Donc comme en démocratie, à chaque décision, on risque de frustrer une partie de la salle. Mais l’intérêt pour la Fox, c’est que cela peut aussi inciter à racheter un billet, puisqu’on verra toujours une histoire différente.