Autonomie des téléphones : on a réussi à multiplier par huit la densité des batteries actuelles

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Une avancée majeure dans les batteries, qui pourrait carrément multiplier par 10 l’autonomie de nos appareils.
Un peu d’espoir, ce matin, pour tous ceux qui se promènent avec leur chargeur ou une batterie portable, pour être sûrs d’avoir suffisamment d’autonomie. On vient de faire une avancée majeure dans le secteur.

Que diriez-vous de recharger votre téléphone une fois par semaine plutôt qu’une fois par jour ? C’est ce que vient de mettre au point une "dream team" de chercheurs : une batterie aux ions-fluorures qui offre jusqu’à 10 fois plus de capacité que les batteries Ion-lithium actuelles.
Donc ça intéresse tout le monde : les téléphones et les ordinateurs portables, mais aussi l’automobile. Cela permettrait enfin d’avoir la même autonomie que les voitures à essence.

Ce n’est pas encore un truc de laboratoire, qui n’arrivera pas avant 10 ans ?

Eh bien non ! Parce que les batteries aux fluorures s’avèrent être une technologie ancienne. On en parle depuis les années 1970. Le problème, c’est qu’elles ne fonctionnaient qu’à des températures supérieures à 150°. Ce qui est un peu compliqué pour tenir un téléphone. La prouesse des chercheurs aura donc été de les faire fonctionner à température ambiante. Ce qui change tout.

Et l’impact environnemental ? On sait que pour les batteries, il n’est pas neutre.

C’est l’autre avantage des batteries aux fluorures : elles n’utilisent pas de métaux rares comme le lithium ou le cobalt. Donc l’approvisionnement sera plus simple et elles seront moins chères à produire.
C’est une découverte importante. Même s’il y a un monde entre ce qui sort des labos et la commercialisation, on a tendance à y croire. Le directeur des recherches est le prix Nobel de chimie 2005. Et il y a de grosses entreprises comme la Nasa et Honda derrière le projet.