Sedan, 2 septembre 1870 : la fin du Second Empire (partie 2)

SAISON 2020 - 2021 , modifié à
  • A
  • A
12:29
Partagez sur :

Il y a 150 ans, le flamboyant Second Empire s’est effondré en une nuit, après une dernière bataille, héroïque et désespérée, contre l’armée prussienne. Dans ce nouvel épisode de "Au cœur de l'histoire", produit par Europe 1 Studio, Jean des Cars vous raconte la fin de l'Empire. 

En 1870, Napoléon tombe dans le piège du chancelier de Prusse, Bismarck. Dans ce nouvel épisode de "Au cœur de l'histoire", produit par Europe 1 Studio, Jean des Cars vous raconte l'origine de la défaite de Napoléon III.

Techniquement, si l’on peut dire, la guerre franco-prussienne de 1870 est due à ce qu’on appelle "La dépêche d’Ems". Il s’agit d’un piège diplomatique tendu à la France par le chancelier de Prusse, Bismarck. L’origine est la candidature d’un prince allemand, un Hohenzollern, petit cousin du roi de Prusse, au trône d’Espagne. Cette candidature est recherchée par le gouvernement provisoire espagnol dirigé par le général Prim : il faut absolument un nouveau souverain en Espagne !  

Mais qu’il s’agisse d’un Hohenzollern ferait entrer un pays proche de la Prusse dans le voisinage immédiat de la France... L‘ambassadeur français à Berlin, Benedetti, exige alors des garanties du roi de Prusse, Guillaume 1er, qui séjourne dans la station thermale d’Ems, à l’est de Coblence. 

Ce-dernier lui répond négativement : il ne s’opposerait pas à la candidature d’un Hohenzollern sur le trône de Madrid. Cette réponse négative est habilement et secrètement transmise au chancelier Bismarck. Ce-dernier comprend immédiatement ce qu’il peut en tirer : le 13 juillet 1870, il déforme le point de vue du roi de Prusse dans un sens injurieux et humiliant pour la France. 

Le texte, qui est donc largement un faux, est publié par la presse française à la date symbolique du 14 juillet. L'opinion est scandalisée. Sans attendre les explications de l’ambassadeur Benedetti revenu à Paris, sans essayer de résoudre diplomatiquement ce contentieux, le gouvernement français, dirigé par Emile Ollivier, saisit l’occasion de réunir l’opinion derrière lui. 

Le climat politique français est en effet tendu depuis plusieurs mois, notamment à cause de l’assassinat, le 12 janvier, du journaliste Victor Noir par le prince Pierre Bonaparte. Ses funérailles, suivies par près de 100 000 personnes, avaient été l’occasion d’une grande manifestation républicaine contre le régime impérial.  

Le 17 juillet 1870, sous l’impulsion de plusieurs députés, la France déclare la guerre à la Prusse. Elle est tombée dans le piège de Bismarck.

La France de Napoléon III exaspérait la Prusse

Il faut dire qu’il y avait longtemps que la France de Napoléon III exaspérait la Prusse. Elle faisait d’ailleurs beaucoup de jaloux en Europe. Jusqu’au début de 1870, Louis-Napoléon Bonaparte, l’aventurier, avait osé faire briller à nouveau le nom de Napoléon. Après bien des échecs, des déboires et des exils en Suisse puis en Angleterre, ce neveu de Napoléon 1er avait profité d'une nouvelle révolution en France, celle de 1848, pour se faire élire, avant de rétablir un bonapartisme autoritaire à la faveur du coup d’Etat du 2 décembre 1851, à quelques mois de la fin de son mandat présidentiel. 

Observant sa campagne électorale qui enthousiasmait les foules, Victor Hugo, qui sera son plus acharné et son plus talentueux adversaire, disait : "Bonaparte, ce n’est pas un nom, c’est une idée."

L’élection de ce prince qui parlait français avec un accent Suisse allemand, avait enthousiasmé Hugo. Il faut aussi noter que le neveu du grand empereur, dont le nom était encore magique, avait séduit des millions de Français, lassés par la succession des révolutions et des bouleversements politiques. Qu’un Bonaparte soit le premier président de la République française était incroyable... et très romanesque ! 

L’Empereur amplifie la révolution économique

Proclamé empereur un an après son coup d’Etat, celui qui se fait désormais appeler Napoléon III réforme et rénove la France, dont il impute le retard à la Révolution de 1789.

Il se donne pour mission d’améliorer la condition ouvrière dans le but "d’éteindre le paupérisme". L’Empereur amplifie la révolution économique en la rendant utile dans la vie quotidienne. Parcourant la France lors de sa campagne électorale, il avait constaté combien le réseau ferroviaire était limité par rapport à ce qu’il était déjà en Angleterre. En mettant en concurrence plusieurs compagnies, Napoléon III fait passer le réseau de 3 000 à 20 000 km, multipliant l'exploitation du charbon par trois. 

Désormais, Paris et les métropoles provinciales sont reliées entre elles. La création de ce tissu social et économique transforme la France et permet à ses habitant de découvrir leur pays. Les déplacements professionnels et familiaux arrachent les régions à leur isolement. Le quartier de la gare devient un rendez-vous essentiel dans l’activité et le transport des marchandises, y compris celui des denrées alimentaires avec, par exemple, les trains de marées. 

L’Empereur, dont l’oncle avait créé la Banque de France en 1800, fonde le Crédit Foncier et de grandes banques comme la Société Générale et le Crédit Lyonnais. Il est le premier chef d’Etat français à s’impliquer personnellement dans la création d’entreprises, notamment en soutenant la naissance des Grands Magasins : le Bon Marché, le Printemps, la Samaritaine. Un vrai "Bonheur des Dames" ! Ces établissements, très vastes, sur plusieurs étages, symbolisent une spectaculaire révolution commerciale : l’entrée sans obligation d’achat, les livraisons à domicile, la possibilité d’échanger un article défectueux ou ne convenant pas et celle d’acquérir à prix réduit des produits lors des soldes... Tout un univers inédit qui servira de cadre au talent d’artistes tel qu’Emile Zola… 

Tandis que que le régime impérial, d’abord autoritaire avec le coup d’Etat, devient libéral, les oeuvres sociales et caritatives en faveur des déshérités se multiplient sous l’action conjointe de l’empereur et de sa femme, Eugénie, avec la création, entre autres, des "Fourneaux Économiques", ancêtres injustement oubliés des "Restos du Coeur". 

Après la victorieuse guerre de Crimée et la défaite de la Russie, Napoléon III renforce encore le rôle extérieur de la France par l’inauguration du canal de Suez en 1869. Malgré les obstacles de l’Angleterre et les immenses difficultés techniques qui s’accumulent pendant dix ans, cet ouvrage, digne des pharaons, dirigé par Ferdinand de Lesseps, va modifier le trafic maritime mondial.

Ses vraies batailles ne sont pas militaires, elles sont politiques

La politique étrangère de Napoléon III, inspirée par le principe des nationalités, connaît des succès qui dérangent une partie de l’Europe : l’Italie, enfin unifiée, s’affranchit définitivement de la domination autrichienne. De même, l’annexion de Nice et de la Savoie renforcent la place de la France et Napoléon III intervient en Europe Centrale, ce qui conduira, entre autres, à la création de la future Roumanie. L’Empire colonial se renforce en Afrique du Nord, et en Asie en s’assurant le contrôle de la Cochinchine et du Cambodge. Et quand le Japon de l’ère Meiji s’ouvre au monde occidental, c’est avec le soutien français.

A partir de 1860, Napoléon III rend obligatoire le repos hebdomadaire, institue le droit de grève, organise les accords paritaires sur les rémunérations, crée les Caisses d’Epargne et de Retraite ainsi que le statut des cheminots, sans oublier le droit d’initiative et d’interpellation pour les députés, une libéralisation de la presse (qui ne s’en privera pas !) et la liberté de réunion. A plusieurs égards, l’Empereur est un souverain humaniste et socialiste. Ses vraies batailles ne sont pas militaires, elles sont politiques, diplomatiques et économiques.

Il est impossible de ne pas rappeler le duo énergique et inspiré que l’Empereur constitue avec le Préfet de la Seine, le baron Haussmann, faisant naître la plus belle capitale du monde, avec ses boulevards, ses éclairages… La plus saine aussi puisqu’elle est enfin débarrassée du choléra grâce à un nouveau réseau d'égouts et des sentines sordides du temps de Balzac et d’Eugène Sue. Les Halles apparaissent ce fameux "ventre de Paris" grâce aux pavillons de l’architecte Victor Baltard. Et n’oublions pas la possibilité, inédite, de traverser la capitale grâce à la Compagnie Générale des Omnibus et de profiter d’une vingtaine de squares, de cinq parcs ainsi que des Bois de Boulogne et de Vincennes. Le monde entier vient à Paris s’amuser du génie farceur d'Offenbach. Paris est la ville qui donne le ton et lance même la mode de ce règne où la femme triomphe avec l’invention, grâce à l’Impératrice, de la Haute Couture, par l’intermédiaire d’un Anglais ayant travaillé chez les soyeux de Lyon : M.Worth.

Bien entendu, la guerre du Mexique fut un fiasco épouvantable qui souilla le prestige de la France. Mais lorsqu’il qualifiait Napoléon III de petit, Victor Hugo se trompait. Napoléon III ne fut pas "petit". Il fut rapide et moderne. Même Émile Zola, dont le Second Empire est le décor des romans naturalistes implacables, reconnaît que Napoléon III "est un brave homme, hanté de rêves généreux, incapable d’une action méchante, très sincère dans l’inébranlable conviction qui le porte à travers les évènements de sa vie".

La fin de l'Empire

Mais au lendemain de la défaite de Sedan, tout a changé. Le 4 septembre, le député Gambetta monte à la tribune et lance : "Citoyens, la patrie est en danger ! Attendu que nous sommes et nous constituons le pouvoir régulier issu du suffrage universel, nous déclarons que Louis-Napoléon Bonaparte et sa dynastie ont à jamais cessé de régner sur la France."

La séance se poursuit dans un tel vacarme que le député Jules Favre a l’idée de détourner le courant de la révolte. Il hurle : "Ce n’est pas ici que vous devez proclamer la République ! C’est à l’Hôtel de Ville !"

Et c’est ainsi que sans violence, sans la moindre effusion de sang, la République est proclamée à l’Hôtel de Ville, le 4 septembre 1870 en milieu d’après-midi. Napoléon III et le Second Empire, qui se sentaient si forts au mois de juillet, sont entraînés dans la tourmente d’un seul nom : Sedan.

 

Références bibliographiques : 

Philippe Seguin, Louis-Napoléon le Grand (Grasset, 1990, Grand Prix de la Fondation Napoléon)    

Georges Roux, Napoléon III (Flammarion,1969)

Jean des Cars, Eugénie, la dernière Impératrice (Perrin, 2000, Grand Prix de la Fondation  Napoléon)

 

Vous voulez écouter les autres épisodes de ce podcast ?

>> Retrouvez-les sur notre site Europe1.fr et sur Apple Podcasts, SoundCloud, Dailymotion et YouTube, ou vos plateformes habituelles d’écoute.

>> Retrouvez ici le mode d'emploi pour écouter tous les podcasts d'Europe 1 

 

 

"Au cœur de l'histoire" est un podcast Europe 1 Studio

Auteur et présentation : Jean des Cars 
Chef de projet  : Timothée Magot
Réalisation : Jean-François Bussière
Diffusion et édition : Clémence Olivier
Graphisme : Europe 1 Studio

 

 

Les émissions précédentes