Retraites : "Les gens ne voudront pas d'une réforme déséquilibrée financièrement"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Alors qu'un rapport du Conseil d'orientation des retraites anticipe un déficit du système compris entre 8 et 17 milliards en 2025, le Medef présidé par Geoffroy Roux de Bézieux défend l'adoption d'une mesure d'âge avant le passage aux points, impliqué par la réforme menée actuellement par le gouvernement.
RÉACTION

Il faut assurer l'équilibre du système de retraites en travaillant plus longtemps avant de pouvoir instaurer une mesure "d'équité" en passant à un système universel par points mettant fin aux régimes spéciaux, estime le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux. "Il faut une réforme d'équilibre avant de faire une réforme d'équité", a-t-il insisté lors d'une conférence de presse, organisée avant la remise jeudi au gouvernement du rapport annuel du Conseil d'orientation des retraites (COR) sur l'état actuel du système.

Or, "il y a un problème d'équilibre qui n'est pas l'épaisseur du trait" avec "au minimum 10 milliards de trou financier à l'horizon 2025", estime Geoffroy Roux de Bézieux. Le déficit du système de retraites devrait s'établir entre 7,9 milliards et 17,2 milliards d'euros à cette date, selon le COR.

En désaccord avec Laurent Berger

"Je crois que le gouvernement doit sortir du 'en même temps' et de l'attente : on ne peut pas faire une réforme qui se veut la mère de toutes les réformes, une réforme pour 50 ans, en l'asseyant sur un régime qui n'est pas équilibré. Les Français savent qu'ils n'est pas équilibré", poursuit le patron du Medef. "On ne peut pas donner confiance aux gens dans le fait qu'ils auront une retraite si on leur dit 'il y a un problème financier mais on ne le résout pas tout de suite'."

" Si on ment par omission, on pollue beaucoup plus le débat "

Patronat et syndicats s'opposent sur cette mesure d'âge : le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, explique qu'il ne faut pas polluer une réforme structurelle par des mesures d'âge. "C'est déjà pollué", rétorque Geoffroy Roux de Bézieux. "Si on ment par omission, on pollue beaucoup plus le débat. Les gens ne voudront pas d'une réforme déséquilibrée financièrement." Le président du Medef a aussi rappelé que le passage à un système universel par points répondait à une demande de la CFDT et non du Medef.

Europe 1
Par Thibaud Le Meneec avec Olivier Samain et AFP