Pour préparer leurs retraites, les Français investissent de plus en plus dans l'immobilier

  • A
  • A
Pour la première fois en 2019, le nombre de transactions immobilières annuelles en France a dépassé la barre symbolique du million. 2:19
Pour la première fois en 2019, le nombre de transactions immobilières annuelles en France a dépassé la barre symbolique du million. © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :
Le nombre de transactions immobilière a dépassé en 2019 la barre du million, soit une hausse de plus de 10% par rapport à 2018. Pour beaucoup de Français, de tels investissements permettent d'assurer une retraite tranquille, sans loyer à financer. 

Pour la première fois en 2019, le nombre de transactions immobilières annuelles en France a dépassé la barre symbolique du million. Soit une hausse de 10,4% par rapport à 2018, d'après les Notaires de France. Une augmentation qui ne fait pas du tout écho au bond effectué par les prix de l’immobilier sur la même période : les appartements s'achètent en moyenne 4 % plus cher qu'il y a un an. L’une des raisons qui pourrait expliquer ce décalage, c’est que pour beaucoup de Français, l’immobilier est un moyen d’assurer sa retraite.

Une autre "clause du grand-père"

C'est en fait le principe de la retraite par capitalisation : chacun met de côté, capitalise pour ses vieux jours. Bien sûr, vu le prix de la pierre, tout le monde ne peut pas se le permettre. À Lyon, les prix ont augmenté de 10 %, à Paris de 6%. Dans la capitale, un autre seuil symbolique a d'ailleurs été franchi en 2019 : celui, vertigineux, des 10.000 euros le mètre carré en moyenne.

En matière d'immobilier, on fait face à une autre "clause du grand-père" - celle que réclament les cheminots pour la réforme des retraites - impliquant que seuls les nouveaux arrivant soient concernés par les futurs changements. En bref, il fallait acheter avant, lorsque c’était moins cher. La nouvelle génération a de plus en plus de mal à devenir propriétaire dans les grandes villes. Ou alors, elle se met à risque financièrement, avec un taux d'effort démesuré.

Un quart des nouveaux acheteurs consacre plus de 35 % de leurs revenus à rembourser leur emprunt. C’est ce qu'on appelle être "au taquet" financièrement. Et il y a ceux qui ne peuvent pas acheter du tout. En France, 42 % des habitants sont locataires. Une situation le plus souvent subie. Face à l’inquiétude sur l'avenir de nos retraites, chacun bricole la sienne, ceux qui le peuvent en investissant dans l’immobilier. Bien sûr, cela génère des inégalités avec ceux qui ont acheté au bon moment, au bon endroit, et les autres, qui payent des loyers toujours plus chers.

 

Europe 1
Par Axel de Tarlé