17/02/2018 - 06h03

"Les salariés de Carrefour vont perdre tous les accords collectifs"

© SOPHIE KIP / BELGA / AFP

L'annonce, en janvier, avait été un véritable coup de massue pour les salariés du groupe Carrefour, qui se mobilisent ce samedi.

Les salariés de Carrefour sont toujours mobilisés contre le plan présenté par leur PDG Alexandre Bompard, qui prévoit 2.400 suppressions de postes via des départs volontaires, la fermeture de 273 magasins anciennement Dia, mais aussi le passage d’hypermarchés en location-gérance. C'est sur ce dernier point que Force Ouvrière appelle samedi à la mobilisation, explique Jean-Yves Chaussin, délégué central de FO.

Avec ce nouveau statut, quels avantages vont perdre les salariés ?

"Ils vont perdre tous les accords collectifs, donc c’est une perte de pouvoir d’achat, par la remise en question d’un certain nombre d’éléments de salaire et de rémunérations substantielles : la participation, l’intéressement... Cela va aussi être une dégradation des conditions de travail, puisque dans nos accords, on avait encadré des mesures permettant d’améliorer les conditions de travail. On avait par exemple un accord sur le travail du dimanche, basé sur le volontariat. Demain, les salariés pourront être obligés de travailler le dimanche. Et s’ils refusent, c’est alors un motif de licenciement, sans indemnité".

Est-ce que la perte de pouvoir d’achat a été chiffrée ?

"Oui, c’est 20% du brut annuel en perte de pouvoir d’achat. C’est comme si les salariés remettaient un chèque aux actionnaires en disant ‘on va se sacrifier, on vous donne notre rémunération, nos avantage sociaux, et vous, vous maintenez vos dividendes…"

Que dit la direction ?

"Rien ! C’est bien là le problème. Le dialogue n’est pas rompu, mais le dossier n’avance pas".