Les fonctionnaires ont rendez-vous à Bercy pour parler salaire

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Les syndicats de fonctionnaires ont rendez-vous ce lundi à Bercy pour négocier une éventuelle augmentation du point d'indice dans la fonction publique. Une réunion sous tension.

C'est un rendez-vous sous tension. Ce lundi, les syndicats de fonctionnaires ont rendez-vous à Bercy à 14 heures pour parler de l'augmentation du point d'indice. Après plusieurs journées de mobilisation entre octobre 2017 et mai 2018 pour dénoncer les orientations du gouvernement, qui constituent selon les organisations syndicales une "attaque" du statut de fonctionnaire, l'avancement du "rendez-vous salarial" est l'une des rares choses consenties de la part du gouvernement. Une rencontre avec Bercy dans une ambiance tendue : vendredi, en réunion de travail, la CGT a claqué la porte des négociations, excédée. 

"L'effondrement de la reconnaissance des requalifications dans la fonction publique". "A force de ne pas revaloriser par les mesures générales le salaire des fonctionnaires, on n'en arrive à une situation qu'un chiffre illustre parfaitement : il y a vingt ans un cadre de catégorie A [qui regroupe les fonctions de conception, de direction et d'encadrement, ndlr] était recruté à 60% au-dessus du Smic, en moyenne à bac +3 par concours. Aujourd'hui le même cadre est recruté en moyenne à bac + 5, mais à seulement 10% au dessus du Smic", explique Jean-Marc Canon, secrétaire général de la CGT fonctionnaires. "Ça montre bien l’incroyable effondrement de la reconnaissance des requalifications dans la fonction publique", ajoute-t-il. 

120.000 postes en moins d'ici 2022. Dès la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait annoncé vouloir alléger la fonction publique pour faire des économies de fonctionnement. Depuis, l'exécutif a successivement confirmé la suppression de 120.000 postes de fonctionnaires d'ici 2022 et annoncé la ré-instauration du jour de carence, le gel du point d'indice servant au calcul de leur rémunération, ainsi que le report d'un an du plan de revalorisation des carrières (PPCR).

Europe 1
Par Olivier Samain, édité par Ugo Pascolo