Les dons des foyers anciennement assujettis à l'ISF ont fortement reculé en 2018

  • A
  • A
Les Français qui étaient soumis à l'ISF ont fait moins de dons en 2018.
Les Français qui étaient soumis à l'ISF ont fait moins de dons en 2018. © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :
Les foyers qui étaient assujettis à l'Impôt de Solidarité sur la Fortune ont été moins nombreux à faire des dons en 2018 et ont consacré des sommes moins importantes, selon une étude de la Fondation des Apprentis d'Auteuil.

Les dons effectués par les foyers anciennement assujettis à l'ISF ont fortement reculé en 2018, en raison du recentrage de cet impôt sur la seule fortune immobilière (IFI), selon une étude* publiée mercredi par la fondation des Apprentis d'Auteuil.

Moins de dons et des montants moyens sous la barre des 2.000 euros

D'après cette étude, réalisée par l'institut Ipsos à la demande de la fondation, 77% des foyers autrefois assujettis à l'Impôt de Solidarité sur la Fortune ont réalisé un don à un organisme caritatif l'an dernier, contre 82% en 2017. Le montant moyen des dons déclarés est retombé de son côté à 1.973 euros, contre 2.535 euros en 2017. Ce chiffre, qui passe pour la première fois sous la barre des 2.000 euros, est le plus bas depuis la création du baromètre en 2014. La fréquence de don chez les donateurs est en revanche restée stable, tout comme le nombre d'organismes auxquels ces derniers ont fait un don : 4,5 dons par an en moyenne, contre 4,4 déclarés auparavant.

Des réformes fiscales qui ont fait baisser les dons

"Les réformes fiscales de 2018 ont pesé sur la générosité des Français", souligne dans un communiqué la fondation des Apprentis d'Auteuil, qui cite le prélèvement à la source, la hausse du taux de CSG et surtout la réforme de l'ISF. Les dons aux organismes caritatifs ou aux fondations reconnues d'utilité publique sont en effet déductibles à hauteur de 75% du montant de l'impôt payé par les personnes fortunées, dans la limite de 50.000 euros.

Or la transformation de l'ISF en IFI a entraîné une forte baisse de l'impôt payé par ces contribuables, passé selon Bercy de 3,2 milliards d'euros en 2017 à 1,25 milliards d'euros l'an dernier. "La majorité des sommes économisées par les exonérés d'ISF ont été consacrées à des dépenses de consommation ou de l'épargne classique, et moins que prévu à des dons", soulignent les Apprentis d'Auteuil, qui se disent "inquiets" pour 2019.

Selon les projections établies par la fondation sur la base des intentions de don affichées par les personnes interrogées par Ipsos, le montant des dons devrait atteindre 1.944 euros en moyenne en 2019, soit un recul de 29 euros par rapport à 2018.

*Le "baromètre du don ISF-IFI" a été établi à partir d'une enquête menée sur internet entre le 28 mars et le 8 avril auprès de 300 personnes dont le foyer fiscal était assujetti à l'ISF en 2017.