Emploi des seniors : "les réformes des retraites ont contraint les gens à travailler plus longtemps"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'année dernière, le taux d'emploi des 50-64 ans s'élevait à 61,5%, soit 8,2 points de plus qu'en 2007, selon l'Insee. L'effet des réformes des retraites selon le sociologue Serge Guérin.

INTERVIEW

C'est une véritable tendance de fond dans la société : en 2017, plus de six seniors sur dix travaillaient, une proportion qui a fortement augmenté en 10 ans, selon une étude de l'Insee publiée jeudi. Une évolution qui est "liée à la succession de réformes des retraites", explique sur Europe 1 Serge Guérin, sociologue, spécialiste des seniors, auteur de La silver économie

Senior à 45 ans. L'année dernière, le taux d'emploi des 50-64 ans s'élevait à 61,5%, soit 8,2 points de plus qu'en 2007, précise l'Insee. Cette hausse est "avant tout portée par les personnes de 55 ans ou plus", ajoute l'Institut. "La réalité est différente des chiffres de l'Insee, qui compte à partir de 50 ans. Désormais, dès 45 ans, on est considéré comme un senior dans les entreprises", estime pour sa part Serge Guérin. Le sociologue énonce plusieurs raisons à cette évolution, en premier lieu le fait qu'il y a "plus de gens âgés de plus 50 ans qu'il y a dix ans". "Il est donc normal qu'ils représentent une part plus importante de la population active", affirme-t-il.

Serge Guérin juge également que le monde du travail a changé. "Il y a longtemps eu en France une culture du travail consistant à mettre dehors extrêmement tôt les plus âgés. Ils avaient même intérêt à partir. Tout cela a pas mal évolué : les différentes réformes ont contraint les gens à travailler plus longtemps, soit parce qu'ils n'ont pas l'âge légal de la retraite, soit parce que financièrement, leur situation est difficile", assure-t-il. 

Plus d'emploi… Avec un âge légal de départ à la retraite et un nombre d'annuités progressivement portés à 62 ans et à 43 ans, le taux d'emploi des 60-64 ans a augmenté de 13,5 points (à 29,2%), celui des 55-59 ans de 17,0 points (à 72,4%). Les seniors sont la seule catégorie d'âge qui a enregistré une hausse de son taux, alors que ceux des 15-24 ans (-2,1 points) et des 25-49 ans (-1,9 point) sont en repli.

… mais plus de précarité. Reste que si les seniors sont plus nombreux à travailler qu'avant, ils ne sont pas pour autant à l'abri de la précarité. Chez les seniors en emploi, un sur cinq (20,6%) est à temps partiel. Cette part est en hausse de 2,2 points, alors que le temps partiel est stable chez les 25-49 ans (+0,2%, à 16,2%). "Dans beaucoup de cas, le temps partiel est subi, souvent parce qu'on ne leur propose pas de temps complet. Mais les seniors choisissent parfois le temps partiel, parce qu'ils ne peuvent pas faire plus physiquement, ou ne le veulent pas car ils souhaitent terminer leur vie professionnelle tranquillement", souligne Serge Guérin.

Enfin, si le taux d'activité des seniors augmente, le chômage frappe encore durement cette couche de la population française. "Il y a encore beaucoup de seniors qui se retrouvent sans emploi. Le taux de chômage des seniors a augmenté de 50% sous le quinquennat Hollande. Et on parle souvent d'un chômage de longue durée pour ces personnes", précise Serge Guérin. Une situation amenée à durer avec le vieillissement programmé de la population.