Renault : la France ne vise aucun pays (E1)

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

La France n'accuse officiellement aucun pays dans l'affaire d'espionnage industriel dont Renault s'estime victime, a déclaré mardi le porte-parole du gouvernement français, François Baroin. "Il n'y a pas d'accusation officielle de la France et du gouvernement français à l'égard d'aucun pays aujourd'hui. Nous sommes dans le cadre d'une enquête", a-t-il déclaré, mardi matin sur Europe 1.

"Renault, comme d'autres, est victime d'une guerre d'intelligence économique", a-t-il ajouté. La Chine a démenti mardi par voie diplomatique toute implication dans l'affaire d'espionnage industriel présumée chez Renault.