Bac 2018 : nos conseils pour rester mobilisé après la première épreuve

, modifié à
  • A
  • A
bac, développement personnel crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP - 1280
Après une première épreuve de bac, difficile parfois pour les lycéens de rester concentrés sur la suite des épreuves © CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Partagez sur :

La première épreuve du bac est passée, mais tout n'est pas terminé. Comment rester concentré pour affronter la suite des épreuves ?

C'est fait, l'épreuve de philosophie (ou de français pour les filières professionnelles) du bac 2018 est terminée. La pression est un peu retombée pour les 753.148 candidats qui ont planché toute la matinée de lundi. Mais après un tel effort, il est parfois difficile de retrouver la motivation et l'énergie nécessaires pour se concentrer à nouveau et se replonger dans les révisions. Europe1.fr a rassemblé quelques conseils pour vous aider à affronter la suite des épreuves. 

 

1 - Détendez-vous mais gardez le cap

L'épreuve de philosophie est souvent redoutée - à raison puisqu'elle a d'importants coefficients pour les filières L (7) et ES (4) - et donc génère beaucoup de stress. Et comme il s'agit de la première de la semaine, vous êtes nombreux à y consacrer beaucoup d'énergie. Après un tel effort, il est donc naturel d'avoir besoin de se détendre. "Il faut souffler", reconnaît Isabelle Colas, coach scolaire pour monorientationscolaire.com auprès d'Europe 1.

Et pour se détendre "efficacement", vous pouvez faire du sport, comme le suggère la sophrologue et coach en développement personnel Frédérique Yacout. Ou bien écouter une méditation - de nombreuses applications ou vidéos YouTube sont disponibles gratuitement - ou encore vous promener dans la nature. Ces quelques instants de calme permettront de retrouver la sérénité nécessaire avant de se replonger dans les fiches.

"Car il ne faut pas perdre le fil", en pensant que le plus dur est fait et en perdant tout intérêt pour les autres matières, rappelle Isabelle Colas. La pause ne doit donc pas être trop longue, quelques heures au plus. De même, il est recommandé de conserver une hygiène de vie saine tout au long de la semaine : se coucher tôt, manger équilibré, éviter l'alcool et le café. La spécialiste conseille de "garder un équilibre entre détente et révisions".

La coach suggère également de faire des révisions ciblées. À la veille d'une épreuve, rien ne sert de revoir la totalité de vos cours. Parcourez vos fiches pour repérer des notions clés qui vous rassureront sur vos connaissances et priorisez les matières que vous maîtrisez le moins et qui nécessitent donc le plus d'attention de votre part. Mais tout cela doit rester des révisions et non un apprentissage.

2 - Évitez de ressasser et pensez positif

Vous pensez avoir raté cette première épreuve ? Peut importe, elle est désormais terminée et vous ne pourrez pas la refaire. Donc pour rester motivé, évitez de ressasser. Tournez-vous plutôt vers les épreuves à venir et pensez positif. Ne vous dites pas "Je vais rater l'examen" mais "Je mets toutes mes connaissances et mon potentiel à profit pour cet examen", conseille la sophrologue Frédérique Yacout. Plutôt que de regretter votre copie de philo ou de français, décidez de donner le meilleur de vous-même pour rattraper cette épreuve.

Et si vous avez peur d'oublier cet encouragement intérieur tout au long de la semaine, Frédérique Yacout a une astuce : écrivez-vous des messages à coller sur le miroir de la salle de bain, la porte du frigo, celle de votre chambre… Vous pouvez, par exemple, y écrire "J'ai confiance en moi et je la garde jusqu'à la fin des épreuves" pour rester remotivé.

Vous pouvez aussi chercher du soutien auprès d'une personne qui vous encourage, que ce soit un membre de votre famille, un ami ou même un professeur. "On est plus motivé quand on sait que quelqu'un croit en nous", rappelle Coppélia Mille, coach spécialisée dans l'orientation scolaire et professionnelle.

La spécialiste recommande enfin de vous remémorer des succès passés, scolaires ou non. Souvenez-vous que vous avez révisé l'ensemble des chapitres d'une matière, que vous avez obtenu une bonne note dans cette matière, que vous avez réussi votre bac blanc, par exemple.

Un conseil pour vous endormir sur une note positive, selon Frédérique Yacout :

Juste avant d'éteindre la lumière, écrivez trois choses positives qui vous sont arrivées dans la journée.

Ce peut être le plaisir que vous avez éprouvé en croquant dans un éclair au chocolat, la blague que vous a raconté votre meilleur ami, le rayon de soleil qui vous a accueilli à la sortie du lycée… N'hésitez pas à continuer ce rituel tout au long des épreuves et même après.

3 - Projetez-vous au delà de cette épreuve

Vous avez l'impression d'avoir réussi votre première épreuve ? Tant mieux, mais la tentation est grande de se démobiliser pour la suite. Alors pour éviter de perdre votre concentration, Coppélia Mille, coach scolaire, conseille d'afficher un calendrier des épreuves en face de votre bureau avec des objectifs réalistes en fonction de votre niveau. "Gardez en tête : 'Je serai fier de moi si j'obtiens cette note-là'". Cela vous donnera sans doute envie de continuer vos efforts pour atteindre vos buts. Vous pouvez également voir plus loin que l'obtention du bac et viser une mention, ou bien des points d'avance pour les élèves de première qui passent des épreuves anticipées.

Si en revanche vous êtes démoralisé car vous pensez être passé à côté de votre épreuve, ne vous jetez pas sur les corrigés, qui sont souvent source de stress et prenez du recul. "Tout n'est pas perdu, le bac ne se joue pas sur une seule épreuve", relativise Frédérique Yacout. Et pour mieux dédramatiser cette expérience, projetez-vous au-delà de ce premier écrit en vous fixant des objectifs sur le long terme. L'obtention du bac n'est qu'une étape vers votre but final qui peut être d'entrer en médecine, d'obtenir la validation de votre dossier pour poursuivre vos études à l'étranger, d'exercer le métier de vos rêves…

Pour autant, ne vous laissez pas submerger par cet enjeu d'avenir en cédant au stress. Cela doit vous motiver et non vous terrifier dans la perspective d'un échec. D'ailleurs la coach Isabelle Colas assure que, quand bien même vous n'auriez pas réussi cet examen, "ce n'est pas un échec mais une leçon de vie. Et on apprend toujours de ses erreurs. L'essentiel est de se donner à fond pour ne pas avoir de regrets."