Guillon : "l'humour que je défends est un humour clivant"

, modifié à
  • A
  • A
© Capture d'écran (2011)
Partagez sur :

L’humoriste était l’invité de David Abiker, dimanche, dans "C’est arrivé demain", pour parler de son nouveau spectacle, "Certifié conforme", joué à partir du 5 février dans la capitale. 

"Certifié conforme, pour ceux qui m’aiment, c'est du Guillon", a expliqué dimanche matin, sur Europe 1, l'imitateur et humoriste. Invité de David Abiker dans C’est arrivé demain, Stéphane Guillon a abordé son nouveau spectacle, en scène à compter du 5 février au théâtre Déjazet, à Paris. "Un titre ironique", pour signifier que le spectacle est approuvé "par l’ensemble de la classe politique, toutes les obédiences, la SPA, la défense de machin", poursuit non sans rire Stéphane Guillon.

Déplaire à certains pour en faire rire d’autres. Il faut dire que le comédien est connu pour son humour cruel, sans concession. "L'humour que j’aime et que je défends est un humour clivant. C’est-à-dire que j’accepte de me fâcher avec quelques personnes pour en faire rire beaucoup", assume Stéphane Guillon, qui s’est fait connaître, il y a plus de 15 ans maintenant, avec ses chroniques sur Canal+ et France Inter.

Un sketch sur la fin de vie. Cette fois-ci, son spectacle s'attarde avant tout sur des sujets sociétaux. A la fin de son one man show, il consacre notamment l'un de ses sketchs à la question de l'euthanasie, notamment au travers de l'affaire Lambert. Une idée de Muriel, sa femme et son metteur en scène. "C'est peut-être même le moment le plus fort du spectacle", confie Stéphane Guillon, ajoutant : "C'est tout ce que j'aime ! Il y a un mélange de rire et d'interdit de rire. Les gens se disent : 'il ose aller sur ce terrain-là'". 

Son rapport à Twitter. Au-delà de la scène, Stéphane Guillon s’exprime aussi sur Twitter, où "il adore foutre le bordel" avec ses messages, dit-il en riant. Si l'imitateur ne "tweete pas énormément", il aime taquiner l'esprit "extrêmement bien-pensant" du réseau social. Comme avec ce tweet sur le crash de l'A320 de la Germanwings, en mars 2015. Stéphane Guillon gère sa présence sur le réseau social avec sérénité : "Le secret, c'est de balancer des trucs et de ne jamais aller regarder ce qu'on vous répond. Il ne faut surtout pas aller se friter sur Twitter".

Un humoriste, "ça se bonifie". Depuis ses débuts tonitruants, Stéphane Guillon semble s’être quelque peu assagi. "Un humoriste, ça se bonifie. J’ai le sentiment de me bonifier avec les années, de faire moins d’erreurs, d’être plus malin, moins attendu... moins à charge aussi", analyse l'imitateur. "Je suis de moins en moins sur un humour frontal. Je préfère tabler sur l’intelligence du spectateur et qu'il finisse la phrase à ma place." 

 >> Retrouvez tous les dimanches matin, de 9 à 10 heures, l'émission de David Abiker, "C'est arrivé demain"

animateur
Par Europe 1
Les émissions précédentes