Série : la troisième saison des Bracelets rouges débute ce soir sur TF1

  • A
  • A
Nicolas Cuche, réalisateur Les Bracelets rouges TF1 5:43
Nicolas Cuche, le réalisateur des Bracelets rouges, au micro de Philippe Vandel sur Europe 1 © Europe1
Partagez sur :
Les Bracelets rouges, la série diffusée sur TF1 qui aborde le thème des enfants malades, entame sa troisième saison lundi soir avec un pari : faire sortir ses protagonistes de l'hôpital. Nicolas Cuche, réalisateur de la série, était sur Europe 1, lundi, dans l'émission Culture Médias présentée par Philippe Vandel.
INTERVIEW

"Les bracelets rouges, c’est ce que l’on met au poignet des malades quand ils vont se faire opérer, avec leur identité inscrite dessus pour éviter les erreurs", décrit Nicolas Cuche, réalisateur de la série Les Bracelets rouges diffusée sur TF1. Après une première saison suivie par six millions de téléspectateurs et une deuxième saison regardée par cinq millions de téléspectateurs, la saison 3 démarre ce soir sur la chaîne privée.

Le sujet abordé par la série ? Les enfants malades et leur vie à l'hôpital avec comme fil rouge les fameux bracelets. "Dans la série, un personnage a eu beaucoup d’opérations donc il a beaucoup de bracelets et il les a toujours gardés au bras. Au fil des épisodes, il distribue ses bracelets et crée une communauté autour de lui", explique le réalisateur au sujet de l'un des protagonistes.

Une troisième saison en partie à l'extérieur de l'hôpital

Et si les deux premières saisons, aux audiences plus que respectables, se cantonnaient à décrire la vie à l'intérieur d'un établissement de santé, la troisième saison fait un autre pari. En effet, il s'agit de montrer la vie après l'hôpital, à l'extérieur de l'enceinte, et la reprise normale, ou pas, du cours de l'existence des personnages.

Entendu sur europe1 :
Il est très important de montrer que ce n'est pas parce qu'on est réparé qu'on est forcément guéri

Cette direction a été inspirée par Albert Espinosa, un écrivain, acteur et réalisateur de cinéma catalan dont une grande partie de la vie a été marquée par le cancer, et ce dès l'enfance. Ce dernier a confié au réalisateur français Nicolas Cuche que "l'hôpital, c'est horrible, mais dehors, c'est le Vietnam".

Partant de là, le réalisateur essaye dans cette nouvelle saison des Bracelets rouges de trouver un équilibre entre la vie à l'hôpital et à l'extérieur pour "aller au bout du parcours", précisant qu'il est "très important de montrer que ce n'est pas parce qu'on est réparé qu'on est forcément guéri".

Europe 1
Par Maxime Dewilder