Des "joyeux anniversaires" aux stripteases : les débuts d'André Manoukian, dans les piano-bars

  • A
  • A
Partagez sur :
À ses débuts, le jazzman André Manoukian jouait dans des cabarets. Depuis, il connait un grand succès et reprend les chansons de grands noms de la chanson. Comme celles de Serge Gainsbourg dans son nouvel album hommage. Le pianiste de jazz raconte son parcours au micro d’Anne Roumanoff dans l’émission "Ça fait du bien" sur Europe 1, jeudi. 
INTERVIEW

Des piano-bars au plateau de la Nouvelle Star, André Manoukian a connu une grande ascension dans l’univers du jazz. Il est aujourd’hui un compositeur reconnu dans son milieu. Jeudi, il était invité dans l’émission Ça fait du bien sur Europe 1 pour présenter un nouvel album hommage de reprise au piano des chansons de Serge Gainsbourg. Le jazzman a alors évoqué ses débuts dans les cabarets lyonnais. 

"Un exercice très compliqué"

Avant de rencontrer le succès, André Manoukian jouait dans les bars. "Un exercice très compliqué", selon le jazzman. "Il faut faire du son sans trop déranger. Les seuls gens qui viennent vous voir c’est soit pour vous demander des chansons improbables soit pour vous demander de baisser un peu", détaille-t-il. Parfois, il était interrompu par un client : "c’est l’anniversaire de ma tata, tu ne veux pas jouer joyeux anniversaire s’il te plait ?"

C’est à Lyon, dans la ville où il est né, qu’a commencé sa carrière du pianiste. À l’époque, il joue dans un cabaret appelé "L’Ambiguë". "J’accompagnais même un numéro de striptease et qui finissait en 'nu intégral', comme le disait Charles Aznavour !", s’amuse André Manoukian.

Des hôtels parisiens à Boston 

En arrivant à Paris, le pianiste est embauché pour jouer dans des hôtels. Mais ces établissements sont un peu particuliers. "On les avait un peu détournés parce que ça finissait toujours en jam session !" Comprenez, en "séance d’improvisation".

À la suite d’une audition, André Manoukian intègre la prestigieuse Berkeley Music School dans la ville de Boston, aux Etats-Unis. Là-bas, il apprend des méthodes essentielles. "Quand je suis arrivé, on m'a donné une demi-feuille de papier sur laquelle il y avait tous les secrets de l'impro", se souvient-il. Des secrets biens gardés qui lui ont permis de tracer son chemin vers une carrière bien remplie.

Europe 1
Par Manon Bernard