Philipe Katerine sort un nouvel album : "Je me suis tourné vers Gérard Depardieu, et il a dit oui tout de suite"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Le chanteur sort vendredi "Confessions", son nouvel album. Au micro d'Europe 1, il évoque sa collaboration inattendue avec Gérard Depardieu sur la chanson "Blond".
INTERVIEW

C’est l’histoire d’un type qui débarquerait par hasard dans vos oreilles. Intriguant, lunaire, inclassable, Philipe Katerine, sort vendredi Confessions, sont 16ème album. Et toujours cet air de ne pas y toucher, combiné à la joie enfantine d’explorer tous les styles.

Cet opus se caractérise ainsi par la présence de nombreux invités, dont celle, pour le moins inattendue, de Gérard Depardieu dans la chanson Blond. "J’avais commencé cette chanson, mais quelque chose se goupillait mal. Je n’arrivais pas à trouver le bon partenaire. J’avais demandé à des chanteurs blonds français, mais un peu en vain", raconte Philippe Katerine à Europe 1.

"Je me suis tourné vers Gérard Depardieu, et il a dit oui tout de suite. Je lui ai demandé de m’engueuler dans la chanson. Il le fait très bien !"

"À aucun moment, je n’ai pensé être chanteur"

À 50 ans, Philippe Katerine est toujours aussi décalé. Lui-même ne semble pas vraiment savoir comment il s’est retrouvé à mener l’une des carrières les plus éclectiques de la chanson française. "J’ai eu un Ghetto-blaster, comme on en faisait dans les années 1980. J’écoutais un peu la radio. À la maison on regardait Maritie et Gilbert Carpentier à la télévision. Il y avait pas mal de variétés à l’époque. J’aimais bien les variétés, Claude François, tout ce qui se dansait…", explique-il. "À aucun moment, je n’ai pensé être chanteur. Je n’étais pas très bien à l’usine. Je n’aimais pas ça, mais je n’avais aucun rêve dans ce sens-là. Aucun."

 

"J’ai tendance à ne pas m’étiqueter"

Touche-à-tout, Philippe Katerine a fini par déborder le domaine de la chanson. Depuis le début des années 2000, il apparaît régulièrement au cinéma. En février dernier, il a reçu le César du meilleur acteur dans un second rôle pour sa performance dans Le Grand Bain. L'auteur-compositeur se dit le premier étonné : "Les prix, en général, c’est n’importe quoi. Surtout dans le domaine artistique", lâche-t-il. "J’ai tendance à ne pas m’étiqueter, beaucoup de gens le font déjà", conclut-il.

 

Europe 1
Par Jean-Philippe Balasse, édité par Romain David