Olivier Guez sur la trace du criminel nazi Josef Mengele

  • A
  • A
Partagez sur :
En cette rentrée littéraire, l'écrivain publie "La disparition de Josef Mengele", roman biographique aux éditions Grasset.
INTERVIEW

Le roman biographique a le vent en poupe en cette rentrée littéraire. Olivier Guez, qui publie lui aussi un roman de ce genre, La disparition de Josef Mengele, confie n'avoir "jamais réfléchi pour savoir si c'était la tendance ou pas" dans Europe 1 social club lundi soir. Son ouvrage, paru le 16 août dernier chez Grasset, retrace la vie de Josef Mengele, médecin dans le camp de concentration d'Auschwitz, après sa fuite en Argentine en 1949.

"Je savais qu'il n'avait jamais été attrapé et jamais jugé". "Ce livre sur Josef Mengele s'inscrit dans un travail commencé depuis presque une dizaine d'années, qui me fascine : la période 1914-1945", explique Olivier Guez. "Quand un continent comme l'Europe se mutile au point de s'auto-infliger 85 millions de morts : qu'est-ce qu'il advient de ce continent", s'interroge l'écrivain.

En guise d'élément de réponse, l'auteur est parti sur la trace d'un criminel nazi : le médecin Josef Mengele. "Je savais qu'il n'avait jamais été attrapé, jamais jugé et qu'il était mort mystérieusement, sur une plage au Brésil en 1979, donc bien après la guerre", explique Olivier Guez. L'axe de son livre s'articule autour d'une idée simple : "Après avoir commis le mal, qu'est-ce que la vie lui avait réservé ?".

Ne pas devenir la marionnette de Josef Mengele. En débutant son travail, Olivier Guez s'est heurté à une interrogation : comment ne pas tomber dans la publicité du criminel et de ses meurtres abjectes. Après plusieurs semaines, l'écrivain a trouvé la clé." Quand j'ai compris comment j'allais raconter cette histoire-là et que je n'allais pas être l'énième marionnette de Mengele, mais son marionnettiste, en racontant sa fin, l'équilibre s'est un peu inversé", confie l'auteur. "L'idée, c'était de lui passer une corde autour du cou et au fur et à mesure, de la tendre, pour raconter son agonie".

Europe 1
Par G.P.