Bob Sinclar : "Ça me manque de faire danser les gens"

  • A
  • A
Le dernier single de Bob Sinclar est "dans l'esprit 'Love Generation'" (photo d'archives). 1:17
Le dernier single de Bob Sinclar est "dans l'esprit 'Love Generation'" (photo d'archives). © Europe 1
Partagez sur :
Même s'il a fait beaucoup de concerts sur Internet pendant le confinement, faire danser les gens manque à Bob Sinclar. Invité d'Anne Roumanoff ce lundi, l'un des plus célèbres DJ au monde raconte également la genèse derrière son dernier single sorti vendredi, "I'm on my way". 
INTERVIEW

Il a beau avoir vécu "un moment d'extase, de plénitude artistique" pendant le confinement, "faire danser les gens" manque à Bob Sinclar. Invité d'Anne Roumanoff ce lundi, trois jours après la sortie de son dernier single I'm on my way, l'un des DJ les plus connus du monde est revenu sur la genèse de ce nouveau titre, composé par Internet avec un artiste jamaïcain. 

"Je fais des disques" pour faire danser les gens 

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Bob Sinclar n'a pas chômé pendant le confinement. Entre ses concerts quotidiens sur Internet pour ses fans, 55 sets et plus de 800 titres diffusés tout de même, le DJ a trouvé le temps de plancher sur un nouveau single. "Ça me manque de faire danser les gens, je fais des disques pour ça. J'avais envie de faire un titre très fédérateur, dans l'esprit LoveGeneration [l'un de ses plus gros succès, ndlr]."

"J'espère que tout le monde va danser dessus"

Mais confinement oblige, c'est par le logiciel de visioconférence Skype que le DJ a dû composer une partie de son nouveau titre en collaboration avec l'artiste jamaïcain OMI, le chanteur derrière le tube Cheeleader. Il en ressort un titre entraînant et estival, et Bob Sinclar "espère que tout le monde va danser dessus". Mais il faudra encore un peu de patience avant de pouvoir faire danser des milliers de personnes, puisque le Français n'a encore reçu aucune proposition pour montrer ses talents derrières des platines. Pas de quoi miner le moral de ce "grand optimiste", qui se dit "confiant" pour cet été. 

 

 

Europe 1
Par Ugo Pascolo