Coupe du monde - Raymond Domenech : "Kylian Mbappé m'a laissé sur ma faim"

  • A
  • A
Partagez sur :
Raymond Domenech estime que, malgré son but inscrit, Kylian Mbappé "a fait un match anodin" contre le Pérou, jeudi. Il pointe en revanche, une certaine sévérité dans les critiques envers Antoine Griezmann.
L'AVIS DE

Kylian Mbappé a offert la victoire à l'équipe de France contre le Pérou (1-0), jeudi, en inscrivant l'unique but de la rencontre. Ce succès a permis aux Bleus de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde, mais malgré cela, Raymond Domenech n'a pas été convaincu par la prestation de l'attaquant du PSG. "Même s'il a marqué, il m'a laissé sur ma faim", a confié l'ancien sélectionneur tricolore dans l'émission Bons baisers du Mondial sur Europe 1.

"Il fait un match anodin." Selon lui, si Mbappé "ne marque pas ce but, il fait un match anodin" : "Il n'a pas été actif." Raymond Domenech reproche notamment à l'ancien Monégasque un "manque de combat". "On a l’impression parfois qu’il joue des matches amicaux", estime-t-il. Le consultant d'Europe 1 assure toutefois que Kylian Mbappé "a respecté l’organisation et il a fait ce qu’on lui a demandé".

"On a été très, très sévère avec" Griezmann. Il a en revanche tenu à prendre la défense d'Antoine Griezmann : "Je trouve qu’on a été très, très sévère avec lui." "Souvent, il a fait des matches plus spectaculaires mais pour moi, il était moins bon pour l’équipe", analyse Raymond Domenech en expliquant que, face aux Péruviens, le joueur de l'Atlético de Madrid était "sur tous les coups où l’équipe de France a fait quelque chose".

Il explique que, si Griezmann a été la cible de certaines critiques de spécialistes après la rencontre, c'est parce qu'il a joué un rôle "très obscur" et que l'on "n'attend pas ça" de sa part. Il reconnaît que le numéro 7 des Bleus n'évoluait "pas dans un registre habituel" mais espère que "l'organisation, l'animation offensive" lors des prochains matches "permettra peut-être qu'il ait un peu plus d'aisance".

Europe 1
Par Grégoire Duhourcau