Questions pour un champion, le jackpot

  • A
  • A
Questions pour un champion, le jackpot
@ FRANCE 3
Partagez sur :

L’émission présentée depuis 22 ans par Julien Lepers est une des plus rentables du PAF.

Un animateur populaire, des audiences constantes, et un coût de production peu élevé : Questions pour un champion est la recette gagnante de la télévision. Produite par Fremantle, cette émission mythique du petit écran français est une des plus rentables du PAF, avec une marge de 30% sur chaque émission, selon une enquête du magazine Capital.

Budget : 20.000 euros par émission

L’un des secrets de réussite de l’émission est son faible coût de revient. Chaque émission ne coûte "que" 20.000 euros environ à produire, alors qu’elle est vendue 30.000 euros à France 3. Un chiffre à comparer avec le coût d’une émission de La Roue de la Fortune, qui serait de 40.000 à 100.000 euros selon les sources.

Les gains des candidats sont beaucoup moins élevés sur France 3 que sur TF1, ce qui explique aussi la bonne rentabilité de l’émission. Il faut toujours cinq victoires de suite pour remporter la cagnotte, qui s’élève à 10.000 euros. Des gains bien inférieurs aux dizaines de milliers d’euros offerts à chaque émission sur TF1.

Il en est de même pour le salaire de l’animateur, en place depuis 22 ans : Julien Lepers touche 1.200 euros par émission, à raison de six émissions tournées par jour, quatre jours par mois. Bien loin des 5.000 euros qu’empocherait Christophe Dechavanne à chaque émission, selon François Viot, auteur du Jackpot des jeux télé, sorti en 2009. Et c’est sans parler du décor de l’émission, qui change très peu, certainement pour ne pas bousculer les habitudes des téléspectateurs.

19% de part de marché

Une émission rapporte aussi et surtout grâce à son audience. 2,4 millions de téléspectateurs suivent quotidiennement ce jeu, ce qui représente une part de marché de 19%. De quoi assurer encore de beaux jours à l’access prime-time de France 3, alors que la programmation des chaînes concurrentes oscille régulièrement entre séries télé et jeux. Aucune inquiétude donc, d’autant que le contrat a été renouvelé jusqu’en 2012 avec France 3.