"Motus n’était prévu que pour l’été"

  • A
  • A
"Motus n’était prévu que pour l’été"
@ FRANCE 2 - Jean Pimentel
Partagez sur :

Thierry Beccaro, animateur de Motus depuis tout juste 20 ans, était loin d’imaginer un tel succès.

"Je ne pensais même pas faire une saison. Quand on a créé Motus, c’était pour juillet-août (…) Moi au début, il faut dire que les jeux ça ne m’emballait pas des masses, mais je me suis rendu compte que c’était un jeu intelligent, pas trop simpliste, et dans lequel je pouvais trouver ma place". C’est ainsi que Thierry Beccaro, interrogé par Europe1.fr, évoque les débuts de cette émission devenue culte.

Après 4.827 émissions enregistrées, ce comédien –il est actuellement à l’affiche de Coach, au théâtre Saint-Georges – dit ne garder "que de bons souvenirs" de Motus. "Je n’y suis jamais allé en traînant des pieds. Un bon souvenir, c’est l’époque où Guy Lecluyse était avec moi pour faire la voix-off. Et je ne me souviens que de candidats sympas, qui viennent jouer pour le plaisir."

Ecoutez-le :<iframe class="video" src="http://www.dailymotion.com/embed/video/23131307" frameborder="0"></iframe>

"On est entrés dans les maisons"

" Les gimmicks, la boule noire, le générique, c’est des petits signes qu’on vous fait dans la rue, c’est très touchant ça (…) on est entré dans les maisons", constate Thierry Beccaro avec plaisir.

Mais pour lui, la plus grande récompense est d’apprendre des mots aux téléspectateurs : "ça me touche beaucoup de voir que des petits enfants et surtout des étrangers regardent l’émission pour apprendre des mots, c’est la plus belle récompense".

Bientôt 11 lettres ?

Le jeu est passé de 5 à 10 lettres en 20 ans. Une évolution qui a toujours étonné Thierry Beccaro : "à chaque fois qu’on a changé le nombre de lettres, j’étais le premier à frémir. La dernière fois, ma productrice m’a dit qu’il y avait plus de mots de 10 lettres que de mots de 9 lettres".

A quand les 11 lettres ? Thierry Beccaro y pense avec humour : "C’est une très bonne question, c'est vrai que quand j’aurai 75 ans et qu’on passera à 17 lettres, il faudra que je songe à prendre ma retraite !"

Pour le moment, entre le théâtre et la télévision, le joker de William Leymergie dans Télématin, qui a notamment présenté 40 degrés à l'ombre, est bien loin de la retraite. "En ce moment, je fais du théâtre le soir, c’est tout ce que j’aime, et fêter les 20 ans d’une émission, ça n’est pas donné à tout le monde. J’ai un emploi du temps ultra-optimisé."