Intrusion en direct sur France 2

  • A
  • A
Intrusion en direct sur France 2
@ FRANCE 2
Partagez sur :

Une dizaine de personnes ont investi le plateau de L’Objet du Scandale sur France 2 mercredi soir.

Se réclamant d’une coordination de collectifs de chômeurs et précaires, les manifestants ont déployé des banderoles et insisté pour lire un texte appelant à une "grève des chômeurs" pour le 3 mai.

Regardez un extrait de l’émission :

Guillaume Durand, l'animateur, a finalement accepté qu'ils s'expriment pendant quelques minutes, avec l'accord de Frédéric Mitterrand dans un souci d'apaisement.

Sur Europe 1 mercredi matin, en direct dans le Grand Direct des Médias, Guillaume Durand a déclaré : "Ce qui est symptomatique de la télévision aujourd'hui, c'est qu'elle est à 90% en boîte. Le problème, c'est qu'on n'a plus du tout l'habitude de la télé en direct". Le journaliste dit avoir tenu à ne pas censurer les intervenants : "C'est de la gestion de crise. On agit en fonction de la manière dont ça tourne. Si ça avait été violent, on aurait tout arrêté (...) Si on avait fait 'halte là', ça aurait peut-être été considéré comme de la censure".

Ecoutez-le sur Europe 1 :

Dans le texte lu à l'antenne, que l’on retrouve en substance sur le site internet de la Coordination des intermittents et précaires d'Île-de-France, les intrus se sont insurgés en ces termes : "Les réformes de Pôle emploi ou du RSA cherchent à nous coincer, un par un, pour nous faire accepter des emplois de 10 heures par semaine payés une misère dans les secteurs les plus difficiles".

"Il faudrait accepter n'importe quel travail sous peine de perdre une allocation de survie. Et qu'en plus nous soyons reconnaissants. Devrions-nous avoir honte de ne pas savoir nous vendre à n'importe quel employeur, honte de ne pas vouloir déménager pour un boulot, honte de ne pas accepter tout et n'importe quoi, de ne pas plier, en somme, devant la raison économique ?", lit-on encore dans le communiqué.

Les manifestants ont quitté d'eux-mêmes le plateau. Reprenant le cours de l'émission, Guillaume Durand a donné la parole au ministre de la culture qui a évité d’une pirouette le sujet évoqué par les manifestants. "Les émissions en direct sont devenues rares et la télévision est très formatée (…). Il y a un risque (…) mais il y a quelque chose d’assez sain finalement même si en l’occurrence je ne suis pas tout à fait d’accord", a-t-il indiqué. "Cela correspond à une angoisse, a ajouté Frédéric Mitterrand, on ne peut plus prendre suffisamment la parole, s'exprimer et être entendu".

Emission reconduite

Sur Europe 1, Guillaume Durand a tenu à démentir la rumeur selon laquelle L'Objet du Scandale s'arrêterait en fin de saison. Le talk-show continuera à exister, mais sous le titre L'Epreuve. Selon le journaliste, l'objectif est de "ne pas s'enfermer dans l'idée du scandale perpétuel à trouver tous les 15 jours."