Dix raisons de suivre la Nouvelle Star

  • A
  • A
Dix raisons de suivre la Nouvelle Star
@ Nicolas GOUHIER/M6/FMF/ABACAPRES
Partagez sur :

Elle revient sur M6 le 2 mars, et mérite encore d’être regardée. La preuve par dix.

La huitième saison de la Nouvelle Star arrive sur M6 dès le mardi 2 mars à 20h40. Lassé de cette émission ? Pour nous, il existe pourtant une multitude de bonnes ou mauvaises raisons de la suivre encore une fois cette année.

Pour les (quelques) bons candidats. Parce que la Nouvelle Star reste avant tout l’émission qui a découvert Christophe Willem ou Julien Doré. Qui sait, une autre perle rare s’est peut-être glissée parmi les 25.000 postulants aux castings, le rêve est permis.

Pour les mauvais candidats. C’est un peu bête et méchant, mais oui, il ya des gens qui chantent encore plus faux que soi. Et qui sont les seuls à ne pas s’en rendre compte. On appelle ça des « casseroles ».

Pour les candidats ni bons ni mauvais mais drôles. Ils ne sont pas spécialement doués, et ils le savent. Ils viennent au casting sans aucun espoir d’être retenus pour Baltard. Ils sont juste là pour avoir de façon totalement assumée leur quart d’heure d’Andy Warhol.

Pour les remarques acerbes du jury. Un "Je m’ennuie, j’ai l’impression d’être au mariage de Tata Jeannette" et "Elle a encore ressorti son look de péripatéticienne des années 70" font toujours leur effet.

Pour remplacer les séries TV. Passion, tension, trahison, tous les ingrédients du bon soap américain sont là : la maman qui se jette en larmes dans les bras de sa progéniture reçue, la candidate à l’enfance malheureuse qui s’en sort grâce à la musique, ou les dix finalistes jouant à la grande amitié face caméra mais prêts à s’entretuer pour gagner.

Pour les pépites d’André Manoukian. Ses "J’apprécie le côté ‘Mad Max rencontre Lara Fabian’ et à ce niveau ça fait un choc psycho-érotique intéressant" et autres "Vous m’avez déclenché une ouverture de chakras sauvages" font désormais partie du mythe.

Pour être le premier sur le buzz. La vidéo de Susan Boyle (révélée dans Britain's got talent, émission qui fonctionne à peu près comme la Nouvelle Star) a été vue plus de 100 millions de fois. Mais à la base, il y a celui qui y a cru dès ses premiers pas sur scène. Et qui peut maintenant se vanter d’avoir été le premier à twitter son nom sur la Toile. Une reconnaissance qui n’a pas de prix au XXIe siècle.

Pour se faire un peu d’argent. Les JO sont terminés, la Coupe du monde de football est encore loin. Rien de mieux que quelques prime pour lancer des paris entre amis. Au choix, plusieurs catégories : le(la) futur(e) gagnant(e), les futurs dix finalistes, la future chouchoute d’André Manoukian…

Pour noter les progrès de l’animatrice Virginie Guilhaume. Entre le jury qui reste la véritable star du programme et les candidats, la présentatrice a le rôle le moins facile. Peu habituée au direct, Virginie Guilhaume a d’abord multiplié les hésitations au début de la saison 2009, avant de s’imposer petit à petit. Arrivera-t-elle à atteindre la décontraction amusée de Virginie Efira, ancienne présentatrice de l’émission ?

Pour le réconfort. Avec la Nouvelle Star, le téléspectateur sait où il va. Pas de mauvaise surprise façon Ferme Célébrité. Le générique reconnaissable entre mille, le pas gracieux de Maître Nadjar venant annoncer les résultats, le candidat qui perd toute assurance au moment d’affronter le verdict… La Nouvelle Star recèle de ces petites choses auxquelles, au bout de huit saisons, le téléspectateur a bien fini par s’attacher. Et qui donne toujours de bons sujets de conversation le lendemain devant la machine à café.

REAGISSEZ -Allez-vous regarder la Nouvelle Star cette année ?